• Thomas Ethier

Élections cet automne: McLeod n’y croit pas

Le député fédéral des TNO, le libéral Micheal McLeod, se dit heureux que la plupart des enjeux propres aux collectivités des TNO et du Nord aient été soulignés dans le discours du Trône. Comment Ottawa passera-t-elle des mots à l’action afin appuyer les gouvernements du territoire? Radio Taïga en a discuté avec lui.


Thomas Ethier – IJL – Territoires


Le député fédéral des Territoires du Nord-Ouest, Michael McLeod. (Archives Radio Taïga)

– Quelles devraient être les prochaines priorités, selon vous, pour le Nord ?

Nous avons passé plusieurs semaines à parler du discours du trône, et de la pandémie. Cette crise n’est pas terminée, et la priorité doit être axée sur la lutte à COVID-19. Nous devons pouvoir mettre les outils en place pour sauver des vies, appuyer les gens et les entreprises à travers cette crise. Nous devons également nous assurer de défendre nos droits, de nous battre pour l’égalité des genres, pour la réconciliation et contre la discrimination.


Je suis très heureux que l’accent soit mis à aider les gouvernements régionaux à répondre aux besoins de nos collectivités du Nord, en matière de capacité de dépistage, par exemple, ou pour aider les entreprises qui ont été forcées d’interrompre leurs activités. Le discours [du Trône] a couvert beaucoup d’éléments et je suis heureux que plusieurs des choses que j’ai soulevées au préalable aient été incluses dans les principaux thèmes mis de l’avant.


Les partis d’opposition ont exprimé leur mécontentement face au discours du Trône. Si ça devait s’imposer, êtes-vous prêt à une élection?

Je pense que personne ne veut d’élection durant une pandémie. Je ne crois pas que ce soit approprié. Bien des Canadiens accueilleraient très mal cette situation. Ceci dit, s’il doit y avoir une élection, je suis prêt. Mais je ne pense pas que ce sera le cas.


Plus tôt cet été, vous avez indiqué à Radio Taïga avoir de grandes attentes envers votre gouvernement quant à l’aide accordée aux collectivités des TNO. Quelles sont vos attentes, à l’heure actuelle?

Nous nous sommes engagés à travailler avec nos partenaires, et à travailler indirectement avec les Premières Nations et les peuples métis pour discuter de divers enjeux, comme le renforcement des chaines d’approvisionnement locales, les transports en commun, les rénovations pour l’efficacité énergétique, l’internet rapide et les logements abordables.

Nous avons également parlé de créer un système pancanadien d’apprentissage et de garde de jeunes enfants. Plusieurs de ces choses ont été soulevées par les gouvernements du Nord. Je crois que nous allons avancer sur ces dossiers.


Toutefois, il faut se rappeler que le discours du Trône n’est pas un budget. Nous obtiendrons plus de détails dans le Plan d’intervention économique pour répondre à la COVID-19, qui sera présentée cet automne. Ceci inclura une prise de position économique et fiscale du gouvernement, des projections fiscales, ainsi que de nouvelles mesures pour mettre en oeuvre les éléments inclus dans le discours du Trône.


Vous avez avancé que les comités du gouvernement seront en mesure de retourner concrètement au travail au cours des prochains mois, et que beaucoup de choses seront mises en branle pour le Nord. À quoi pouvons-nous nous attendre prochainement?

Nous travaillons encore sur plusieurs annonces qui ont été faites sur le budget précédent, et n’avons pas encore vu d’annonces relatives au budget de cette année. Je m’attends donc à ce que l’on poursuivre le déploiement des projets qui sont approuvés. Nous allons continuer à aller de l’avant dans l’écriture de législations, et je crois que certaines de ces choses seront présentées très rapidement.


L’une des choses les plus importantes pour les peuples autochtones est la Déclaration des Nations unies [sur les droits de peuples autochtones], et nous avons l’intention d’aller de l’avant rapidement dans ce dossier. Il va se passer beaucoup de choses au courant de l’hiver.