90% des cas de COVID sont des jeunes


La récente éclosion de COVID-19 à Yellowknife affecte surtout des enfants et des jeunes.


Marie-Soleil Desautels


On dénombre actuellement 47 cas actifs dans la capitale des Territoires du Nord-Ouest à la suite d’une éclosion à l’école N. J. Macpherson. « Environ 90 % des infections touchent des enfants et des jeunes », a dit l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola, lors d’une conférence de presse de la Santé publique aujourd’hui.


Les autres personnes atteintes sont des adultes vivant sous le même toit, par exemple, leurs parents.


On se souvient qu’une éclosion déclarée le 1er mai dernier dans l’école N. J. Macpherson a entrainé la fermeture de cet établissement. Tous les employés et élèves qui ont fréquenté l’établissement entre le 26 et le 30 avril doivent s’isoler. Dès le lendemain, le 2 mai, toutes les écoles de Yellowknife, Dettah et Ndilǫ ont été fermées.


Il y a eu plusieurs notifications d’exposition par la suite, que ce soit à un tournoi de soccer, à des cours de ballet, dans des autobus scolaires ou dans des lieux publics, comme un restaurant.


La Dre Kami Kandola a dit qu’aucun des cas positifs actuels ne découle d’une des notifications d’exposition. «Nous n’avons pas eu de transmission dans ces sites, mais on sait qu’on entre dans une période critique 5 à 7 jours après l’exposition. [...] Tous les contacts doivent quand même faire leurs 14 jours d’isolement».


En ce moment, 1000 contacts sont forcés de s’isoler et chacun doit aller se faire tester pour la COVID-19.


Il y a eu 1300 tests de COVID-19 effectués entre le 29 avril et le 5 mai. « Notre laboratoire fonctionne à plein régime », a affirmé la directrice médicale territoriale, la Dre AnnMarie Pegg.


« Notre but est de tester en priorité ceux qui ont le plus de chance d’avoir la COVID-19, a-t-elle ajouté. Cela signifie que si vous n’êtes pas considéré comme prioritaire, votre rendez-vous pourrait être reporté. Cela signifie aussi qu’on ne teste pas chaque membre du ménage qui doit s’isoler. »


Sur les 1300 tests effectués, « le pourcentage de positivité est assez bas, de 3 à 4 % », a rapporté l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola.


À savoir quand les écoles rouvriront, la Dre Kami Kandola a dit qu’elle sera en meilleure position de répondre la semaine prochaine, selon l’évolution de la situation actuelle.


Selon elle, s’il n’y a encore aucune transmission communautaire à Yellowknife, la capitale demeure « sur le bord » de celle-ci. Elle n’a toujours pas relié les cas actuels aux premiers cas déclarés autour du 5 avril et, ceux-là, associés au retour d’Alberta du politicien Steve Norn.


Quelque 1000 contacts et tous les membres de leur ménage doivent s’isoler et les règles d’isolement sont plus strictes que celles à un retour de voyage. Il est entre autres interdit aux contacts et aux membres de leur ménage de sortir de leur propriété. Impossible pour eux d’aller prendre une marche, même s’ils sont seuls et qu’ils gardent une distanciation sociale.


Rappelons que le territoire a commencé à administrer hier le vaccin contre la COVID-19 développé par Pfizer-BioNTech aux enfants âgés de 12 à 17 ans.

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités