• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Aide aux sans-abris : Yellowknife doit dépenser à la course

Beaucoup d’argent, mais trop peu de temps pour la dépenser: les délais associés à des fonds d’urgence octroyés par Ottawa pour aider les personnes sans-abris seraient trop courts, selon la mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty.


Thomas Ethier - IJL - Territoires


Le conseil municipal de Yellowknife a approuvé le 22 février les recommandations d’un comité pour financer neuf projets d’aide aux sans-abris avec une portion d’un fonds d’urgence d’environ 1,7 million $, octroyé en janvier par Ottawa. Ce montant est voué à fournir une aide temporaire aux personnes sans-abris affectées par la COVID-19.

Or, ce fonds vient avec des conditions: l’argent doit être dépensé d’ici le 30 juin, pour des projets qui doivent être planifiés avant le 31 mars. Nous en avons discuté avec la mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty.



Q – Certains élus municipaux déplorent que ces délais leur imposent certaines concessions pour la distribution de ces fonds du gouvernement fédéral. Dans quelle mesure pouvez-vous dépenser cet argent comme bon vous semble?


La difficulté, c’est que nous n’avions qu’un mois pour détailler au gouvernement fédéral la façon dont nous comptions utiliser ces fonds, et seulement 3 mois pour tout dépenser. C’est beaucoup d’argent, certes, mais le problème, c’est qu’il n’y en aura plus à partir du 1er juillet. Si nous voulions utiliser une partie du fonds pour aider les résidents à payer leur loyer, par exemple, ce ne sera plus possible le 1er juillet. Est-ce que ces gens se ramasseront à la rue?


On devait donc trouver des projets avec une échéance stricte pour dépenser l’argent, après quoi, le projet est terminé. J’aurais aimé pouvoir appuyer des projets à plus long terme pour pallier les problèmes de logement.



Q – En tant que mairesse d’une municipalité qui dépend en grande partie de l’argent du fédéral pour mettre ce type de projets en branle, sentez-vous qu’Ottawa comprend bien vos besoins? Est-ce qu’on est à l’écoute quand vient le temps d’offrir ce genre de fonds d’urgence?


C’est difficile. Quand on explique qu’il