• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Allègement des mesures d’auto-isolement

La santé publique émet un nouvel arrêté de santé publique territoriale. Cet arrêté modifie les exigences d’auto-isolement pour les résidents ténois selon leur statut vaccinal.


Thomas Chabot


Le principal changement concerne les groupes de voyageurs. Les exigences d’auto-isolement sont désormais basées sur le statut vaccinal du voyageur en question et non plus sur le statut vaccinal du membre du groupe le moins vacciné.


Il sera aussi possible pour les voyageurs non vaccinés de diminuer leur période d’auto-isolement à huit jours. Il leur suffit de fournir un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 réalisé par un professionnel de la santé.


Les enfants sont aussi concernés par ce nouvel arrêté de santé publique. Les enfants de 12 ans et moins n’ont plus à s’auto-isoler s’ils ont reçu leur première dose depuis deux semaines au minimum et huit semaines au maximum. Les enfants concernés devront cependant fournir un résultat négatif à la première et à la huitième journée.


Un autre changement concerne le statut vaccinal des nouveau-nés. Si l’enfant est né il y a moins de six mois de parents entièrement vaccinés, les exigences d’auto-isolement sont les mêmes que pour les parents.


« Ce changement est un important pas vers l’avant. Il permettra de donner plus de liberté aux enfants qui voyagent, tout en protégeant les personnes en milieux vulnérables. Ainsi, on maintient la sécurité publique en imposant le moins de restrictions de santé nécessaires possible », explique l’administratrice en chef de la santé publique, Dre Kami Kandola.


Des exigences additionnelles de dépistage sont prises pour les personnes voyageant vers les plus petites collectivités, qui ont voyagé à l’international ou travaillé avec des populations vulnérables ou à risque élevé. Ces personnes devront fournir un résultat négatif à la première et à la huitième journée.


La santé publique recommande aux voyageurs de réduire au minimum leurs contacts physiques et leur présence à des activités à haut risque pour les 72 premières heures. Cette recommandation est une réponse au variant Omicron, qui a une période d’incubation plus courte et est plus transmissible.


Jusqu’à présent, plus de 75 % des résidents de 5 ans et plus sont entièrement vaccinés aux Territoires du Nord-Ouest et 44 % des 5 à 11 ans ont reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19.


Les derniers