top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Allégations de fausse identité autochtone : Buffy Sainte-Marie répond

À la suite de la publication d’un article par CBC remettant en cause son identité autochtone revendiquée, l’artiste Buffy Sainte-Marie s’est exprimé dans une déclaration de deux pages dans laquelle elle affirme n’avoir jamais menti sur son identité. Dans une volonté d’exprimer sa vérité, elle a rappelé qu’à 82 ans, les allégations de CBC ne l’ébranlent pas.



Buffy Sainte-Marie
INSTAGRAM : robbiesaurus – Flickr

Nelly Guidici – IJL – Réseau.Presse – L’Aquilon – Arctique


« Je n’ai jamais menti sur mon identité. Plus j’en ai su, plus j’ai reconstitué mon identité à partir des informations qui m’ont été communiquées, plus j’ai reconstitué mon identité à partir des informations dont je disposais. »


Buffy Sainte-Marie explique, dans cette déclaration, qu’ayant été adoptée très jeune par une famille du Massachusetts aux États-Unis, elle ne sait pas d’où elle vient ni qui sont ses parents biologiques et qu’elle ne le saura jamais. Alors âgée d’une vingtaine d’années, elle a été adoptée par une famille crie de la Première Nation Piapot en Saskatchewan.


Les liens qui l’unissent à sa famille d’adoption sont forts et ont forgé l’artiste qu’elle est d’aujourd’hui, affirme-t-elle.


« Mon identité autochtone est ancrée dans un lien profond avec une communauté qui a joué un rôle déterminant dans ma vie et ma famille et qui a joué un rôle profond dans l’élaboration de ma vie et de mon travail. Toute ma vie, j’ai défendu des causes autochtones et amérindiennes [sic] lorsque personne d’autre ne le faisait ou n’avait la possibilité de le faire. »

Une remise en cause de l’investigation de CBC

Buffy Sainte-Marie estime que l’article publié sur CBC est une attaque contre sa personne basée sur de fausses allégations. L’enquête en question serait, selon elle, pleine d’erreurs et d’omissions. Le certificat de naissance, émis par la ville de Stoneham, où est née Buffy Sainte-Marie en 1941, et qui est présenté comme une preuve dans l’enquête, ne serait pas authentique selon elle.


« Comme le savent de nombreux autochtones, et comme l’a déclaré la National Sixties Scoop Healing Foundation (NSSHF) au Canada, il était courant que les actes de naissance des enfants indiens [sic] soient “créés” par les gouvernements occidentaux après qu’ils aient été adoptés ou enlevés à leur famille. J’ai donc été très choquée d’entendre une employée municipale dire qu’elle était sure à 100 % de l’authenticité de l’acte de naissance. Je n’ai jamais su si mon certificat de naissance était authentique. Je l’ai utilisé parce que c’était le seul document que j’ai eu toute ma vie. »


D’après la NSSHF, des certificats de naissance des enfants retirés de leurs familles biologiques où le nom de famille de naissance disparaissait au profit du nom de la famille adoptive étaient émis. La publication de faux certificats de naissance où les informations de naissance reliant l’enfant autochtone volé à sa famille de naissance « légitimait le vol de cet enfant. »


Dans une déclaration du 3 novembre 2023, l’organisme déplore que « ce fait n’ait pas été présenté ou expliqué » dans l’article de CBC.

L’identité vs la filiation

Buffy Sainte-Marie estime que sa personne n’est pas un « bout de papier » et que son identité va au-delà de registres de naissances tenus par des institutions. Selon elle, les liens forts qu’elle a créés avec la Première Nation Piapot, tout en portant haut et fort les causes autochtones sur la scène nationale, suffisent à faire d’elle une personnalité autochtone, et c’est là l’essentiel.


« Le fait d’être “Indien” n’a pas grand-chose à voir avec la traçabilité des spermatozoïdes et la tenue de registres coloniaux. C’est une question de communauté, de culture, du savoir, des enseignements, de ceux qui vous aiment, de ceux que vous aimez, et de ceux qui sont votre famille. »


Depuis la publication de l’enquête le 27 octobre 2023, le site personnel de Buffy Sainte-Marie a été modifié. Dans la section « À propos » la mention de son adoption supposée a été supprimée. Il était indiqué, au conditionnel, qu’elle avait été adoptée à un très jeune âge : « Buffy Sainte-Marie serait née en 1941 dans la réserve de la Première Nation Piapot, en Saskatchewan, et aurait été enlevée à ses parents biologiques alors qu’elle n’était encore qu’un nourrisson. Elle a été adoptée par un couple visiblement blanc et a été élevée dans le Maine et le Massachusetts. Lorsqu’elle était enfant, la mère adoptive de Buffy s’identifiait comme une Mi’kmaq, mais ne connaissait pas grand-chose à la culture autochtone. »


À ce jour, cette section du site ne fait plus référence à la filiation, mais parle de son parcours musical et des récompenses reçues au cours de sa carrière.

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page