Armée du Salut : bientôt de retour dans ses locaux

Les travaux vont bon train pour remédier à l’inondation survenue le 7 février dans les locaux du plus important refuge pour personnes sans-abris aux TNO.

La citadelle de l'Armée du Salut, à l'angle de la 45e Rue et de l'avenue Franklin.

(Crédit photo: Batiste Foisy)


Marie-Soleil Desautels


L’édifice où sont offerts les services de l’Armée du Salut, inondé dans la matinée du 7 février dernier, pourrait rouvrir dès cette semaine. En attendant, le refuge d’urgence de l’organisme est logé au centre d’amitié autochtone Tree of Peace, réquisitionné par le gouvernement jeudi dernier.


Le directeur général de l’Armée du Salut à Yellowknife, Jason Brinson, a confirmé, en entrevue téléphonique, que les travaux vont bon train. Il dit espérer que les services de son organisme reprennent cette semaine dans l’édifice situé au coin de l’avenue Franklin et de la 45e Rue. «Nous allons avoir une meilleure idée plus tard aujourd’hui ou demain, dit-il. nous espérons pouvoir emménager avant que les travaux ne soient complètement terminés puisque la clientèle du refuge d’urgence est là de 19 h à 7 h, quand les ouvriers sont partis. Cela dit, cette idée doit encore être approuvée par nos bailleurs de fonds, la santé publique, etc.»


L’inondation dans l’édifice a été provoquée par une défectuosité du système d’extinction d’incendie. Quelques pouces d’eau couvraient chacun des quatre étages, selon le directeur général.


Le 7 février, un dégât d'eau a forcé l'évacuation de l'édifice qui abrite le plus important refuge pour sans-abris aux Territoires du Nord-Ouest. (Crédit photo: Batiste Foisy)


Rappelons que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a acquis, le 11 février, le centre d’amitié Tree of Peace en faisant appel à la Loi sur la gestion des urgences. La salle de bingo du Tree of Peace accueille depuis les quelque 40 personnes du refuge d’urgence pour hommes de l’Armée du Salut.


Avant que ne soit invoquée cette loi, l’Armée du Salut a dû déplacer en catastrophe ses opérations à quelques endroits la semaine dernière. «C’est plus facile pour la clientèle du refuge depuis qu’on est au même endroit», s’est réjoui Jason Brison, au bout du fil. D’autres bénéficiaires de services de l’organisme, de plus petits groupes, ont pu être relocalisés ailleurs dès le début.


«Nos joueurs de bingo ont très bien réagi quand on a annoncé l’annulation des parties, commente le directeur adjoint du Tree of Peace, Joe LeMouel, lors d’un échange téléphonique. Ils étaient tous d’avis que c’était plus important d’aider les sans-abris.» La salle de bingo peut accueillir 250 joueurs en temps normal, 60 durant la pandémie.


«Le gouvernement a loué nos locaux jusqu’à jeudi», précise M. LeMouel.

C’est la deuxième fois en moins de six mois qu’est invoquée la Loi sur la gestion des urgences à Yellowknife. La première était en novembre dernier : le gouvernement avait alors forcé l’installation d’un centre de jour temporaire dans l’ancien bâtiment de la sécurité minière, malgré les protestations, pour accueillir les sans-abris de la capitale ténoise. L’état d’urgence est, depuis, renouvelé toutes les deux semaines. Il a été renouvelé pour la dernière fois le 11 février.


Au moment de publier, le gouvernement n’avait pas répondu à nos questions.

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités