• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Auteur.e.s à l’honneur à Yellowknife

Du 26 au 29 mai se sont déroulés les tables rondes et les ateliers de la dix-septième édition du festival NorthWords. Plusieurs centaines de personnes ont assisté aux différents évènements, qui ont cumulé près d’une vingtaine d’heures de discussions autour de l’écriture.


Pour son retour en personne après deux années de rencontres virtuelles, à cause de « l’évènement dont on préfère ne pas dire le nom » comme le nomme humoristiquement Amber Henry, le festival NorthWords a réuni plus d’une quinzaine d’auteur.e.s de tout genre pour quatre journées de partage.


Au total, ce sont près de 450 personnes qui ont assisté et participé aux différentes tables rondes et ateliers proposés par l’équipe du festival : des difficultés à – se faire – publier dans le Nord aux spécificités de l’écriture pour enfants, en passant par la poésie ou le roman graphique, relativement peu de sujets étaient laissés à l’abandon.

La table ronde mettant à l’honneur les auteurs et éditeurs du Nord a rassemblé une vingtaine de personnes, samedi 28 mai dans l’après-midi. (Crédit photo : Lambert Baraut-Guinet)


Jalons et auteur.e.s majeur.e.s

Quelques auteur.e.s de renom ont fait le déplacement pour l’évènement et pour partager leurs expériences et leurs connaissances. Lillian Allen, poète ontarienne d’origine jamaïcaine, a à la fois tenu un atelier d’écriture et de déclamation poétique et partagé ses textes pendant des lectures et pendant le gala du festival, vendredi soir au NACC.


Ryan North, auteur de bande dessinée récompensé de multiples fois, a participé à une table ronde sur l’adaptation d’histoire en roman graphique, et a animé un atelier sur l’humour à l’écrit intitulé « un regard sérieux sur l’humour ».


Niigan Sinclair, Anichinabé installé à Winnipeg, est poète, écrivain, activiste, journaliste, enseignant et chercheur. Reconnu pour son travail sur les paroles autochtones, M. Sinclair a tenu pour NorthWords un atelier sur l’écriture et sa relation avec la politique.


Certaines de ces personnalités ont également profité de leur venue à Yellowknife pour aller à la rencontre des jeunes de l’école secondaire Sir Jon Franklin, partager leurs expériences, et, dans le cas de M. Sinclair, parler d’histoire et de réconciliation avec les futurs diplômés autochtones de l’école.

Un modèle d’édition francophone à l’honneur<