• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Bibliothèque de Yellowknife : les effets de la pandémie

La pandémie a eu des conséquences non négligeables sur la bibliothèque publique de Yellowknife. Le nombre de visites a notamment chuté drastiquement.

Activités de la bibliothèque de Yellowknife avant et après la pandémie


En 2019, les portes de la bibliothèque ont été franchies à près de 197 300 reprises, selon les données fournies par le directeur de la Bibliothèque publique de Yellowknife, John Mutford. Durant cette année-là, la bibliothèque a été ouverte pendant 339 jours – cela donne, en moyenne, quelque 580 visites par jour.


Puis, la pandémie a frappé en 2020, avec une fermeture forcée dès mars. La bibliothèque n’a été ouverte au public que 199 journées en 2020 et il n’y a eu qu’environ 56 400 visites.

En 2021, le nombre de visites est tombé à près de 31 500, ce qui représente une diminution de 84 % par rapport à 2019, en dépit du fait que les portes aient été ouvertes pendant 306 jours.


Le nombre total d’articles empruntés a aussi chuté. Si, en 2019, près de 105 200 articles ont été empruntés, une donnée similaire à 2018, ce chiffre a baissé à près de 60 000 en 2020, soit une baisse de 43 %. Le nombre d’items empruntés a légèrement augmenté en 2021 pour s’établir à près de 72 000, soit une augmentation de 20 % par rapport à l’année 2020. Mais cela représente tout de même une diminution de 32 % par rapport à 2019.


On observe une augmentation dans deux catégories : le nombre de livres numériques empruntés et le nombre de cartes actives. Le nombre de livres empruntés sur une plateforme virtuelle a bondi de 50 % en 2020 par rapport à 2019, passant de près de 12 000 à près de 18 000 articles. Ce type d’emprunts a par contre baissé de 10 % en 2021, pour s’établir à un peu plus de 16 000.


Quant aux cartes actives, un abonné dont la carte était expirée pouvait, pendant un certain temps, emprunter malgré tout un livre numérique sur une plateforme telle que Libby. Lorsque ce problème a été réglé, « la bibliothèque a reçu plein d’appels de gens qui voulaient mettre à jour leur carte et l’activer », affirme John Mutford. C’est la raison pour laquelle le nombre de cartes actives n’a augmenté qu’en 2021, et non en 2020, en même temps que les emprunts de livres numériques.


Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’avoir une carte d’abonnés active pour visiter la bibliothèque ; la carte n’est requise que pour les emprunts.

Livres les plus populaires ?

Et parmi tous ces emprunts, que lisent les Yellowknifiens ? Médias ténois a obtenu les palmarès pour l’année 2021. Sans surprise, les livres de langue anglaise sont empruntés plus souvent que les livres dans la langue de Molière. Après tout, la communauté francophone ne compte que quelque 1000 têtes parmi les 22 000 résidants de la capitale.

À première vue, le peu d’emprunts par titre, même les plus populaires en anglais, retient l’attention. « Il y a plus de 70 000 articles disponibles pour le public, dont quelque 53 000 livres et 5500 DVDs, des CDs, des livres sonores, des livres numériques, etc. Ainsi, le nombre d’emprunts pour un article donné peut être bas, car les chiffres sont très fragmentés », explique le directeur John Mutford.


Une personne peut, par ailleurs, emprunter un livre et le renouveler à deux reprises. Le livre sera ainsi hors de circulation pendant 6 semaines, mais cela ne comptera que pour un seul emprunt. « Cela limite le nombre de fois que les autres abonnés peuvent emprunter ce livre et nous avons peu de titres en plusieurs exemplaires, poursuit M. Mutford. C’est la raison pour laquelle les livres pour enfants, comme La Pat' Patrouille (PAW Patrol), ont souvent un nombre d’emprunts plus élevés : ils sont tout simplement plus courts, plus faciles à lire et reviennent ainsi plus rapidement à la bibliothèque. » Les livres pour enfants peuvent donc être empruntés plus souvent.


À voir les palmarès, on peut à tout le moins conclure que les livres de Harry Potter ont encore la cote chez les Yellowknifiens, particulièrement en version audio ! Ils occupent quatre des cinq premières places dans le palmarès des livres sonores ; seul le livre de Barack Obama, Une terre promise (A Promised Land) a réussi à s’y tailler une place en 4e position.


L’univers d’Harry Potter avait d’ailleurs inspiré des sculpteurs sur neige l’an dernier au point où leur œuvre avait remporté la compétition au jardin d’hiver Snowbuddy… au-delà du talent des sculpteurs, peut-être que les juges étaient eux-mêmes des admirateurs de Harry Potter ?


Bibliothèque de Yellowknife: livres les plus empruntés en 2021 Par Médias ténois le 19 Jan 2022