• Thomas Ethier

Cas présumé de COVID-19 à la mine Diavik

Un travailleur de la mine de diamant Diavik, résident de l’Ontario, a obtenu un premier résultat positif à la COVID-19. Les tests doivent encore être confirmés aux laboratoires Alberta Precision Laboratories.


Si ce résultat devait être confirmé, il s’agirait du deuxième cas enregistré sur le site de l’entreprise Diavik depuis le début de la pandémie.


Le travailleur potentiellement infecté est présentement en auto-isolement dans une zone désignée sur le site. Les personnes ayant été en contact avec l’individu sur le site de la mine sont également en auto-isolement, « et ne posent aucun risque additionnel pour les Territoires du Nord-Ouest », indique-t-on dans un communiqué de presse de la Santé publique des TNO.


Selon une règle de l’Agence de la santé publique du Canada, s’il était confirmé, ce cas ne serait pas comptabilisé parmi les cas enregistrés jusqu’à maintenant aux TNO – qui s’élèvent actuellement à cinq –, puisque l’individu provient de l’Ontario. Les infections à la COVID-19 sont « attribuées à une province ou un territoire en fonction de l’endroit où l’individu habite », explique-t-on.


Selon le bureau de l’administratrice en chef de la santé publique, les contacts avec la personne présumément atteinte ont été minimisés grâce aux précautions mises en place dans les vols nolisés qui acheminent directement les travailleurs jusqu’aux sites miniers. Le port du masque est obligatoire dans les avions et les navettes menant au site.