• Cécile Antoine-Meyzonnade

Certains soins offerts en Alberta retardés ou annulés

Lundi 16 novembre, les responsables des services de santé de l’Alberta ont annoncé que certaines interventions non urgentes prévues pour les Ténois devront être retardées ou annulées, en raison de la hausse des cas de coronavirus dans la région.

L'hôpital Royal Alexandra d'Edmonton où sont traités de nombreux résidents des TNO. (Crédit photo: Wikimedia)


Selon la ministre de la Santé et des Services sociaux, Julie Green, qui a relayé l’information dans un communiqué, « les résidents des TNO qui choisissent de ne pas recevoir de soins ou de services en Alberta en raison de la pandémie de COVID-19 doivent communiquer immédiatement avec leur professionnel de la santé. De même, les Ténois qui se voient refuser des soins ou des services de la part d’un professionnel albertain devraient communiquer immédiatement avec leur médecin afin qu’il puisse les aider à corriger la situation. »


Si des changements surviennent, le personnel de l’Administration des services de santé et des services sociaux des TNO communiquera directement les patients touchés et publiera des mises à jour en ligne pour le public à l’adresse suivante : https://www.nthssa.ca/fr.

Accord à respecter

La ministre a également tenu à rassurer les résidents des TNO : « Nous sommes en étroite communication avec nos homologues de l’AHS et ils nous ont assuré qu’ils respecteront notre accord de longue date pour fournir les services de santé dont les Ténois peuvent avoir besoin. »


L’entente de service entre le territoire et la province stipule que les Ténois ont droit à un accès égal aux soins. Les patients albertains ne doivent pas être priorisés par rapport aux Ténois.


« Les Services de santé de la province ont confirmé que l’accord serait respecté, alors que la situation s’aggrave au sud de la frontière », a assuré Julie Green.


Selon les données publiques les plus récentes, le 17 novembre, on dénombrait plus de 10 000 cas actifs de COVID-19 en Alberta, dont 57 patients hospitalisés dans les unités de soins intensifs.