COVID-19: Des règles (un peu) moins contraignantes

Période d’isolement raccourcie pour les personnes vaccinées et tourisme en région éloignée, voilà deux nouvelles mesures mises en place par le gouvernement territorial.

L'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola, a émis deux nouveaux arrêtés de santé publique, le 21 avril. (Crédit photo: Marie-Soleil Desautels)


Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest assouplit les règles d’isolement pour les voyageurs entièrement vaccinés contre la COVID-19. Il autorise aussi cet été certaines activités touristiques en région éloignée. Le Bureau de l’administrateur en chef de la santé publique a fait ces annonces mercredi, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée législative.


« Ces changements reflètent la protection offerte par les vaccins et j’encourage tous les adultes admissibles à se faire vacciner, a dit la première ministre des TNO, Caroline Cochrane, lors de la conférence. C’est l’arme la plus efficace qu’on a pour arrêter la propagation de la COVID. »


Selon les nouvelles règles en vigueur, tous les voyageurs entièrement vaccinés qui entrent aux TNO, en vertu des critères d’exemption existants, pourront se faire dépister pour la COVID-19 dès le 8e jour de leur période d’auto-isolement de 14 jours. Si le résultat du test est négatif, ils n’auront pas besoin de terminer leur isolement. Puisque ces changements sont entrés en vigueur dès la journée de l’annonce, une personne qui s’auto-isole en ce moment peut prendre rendez-vous pour obtenir un test de la COVID-19 et possiblement mettre fin à son isolement plus tôt.


Les personnes entièrement vaccinées, d’après le communiqué du gouvernement, « présentent un risque considérablement réduit d’importation du virus aux TNO ». L'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola, a affirmé que le risque est « minimal » après huit jours d’isolement et un résultat négatif chez une personne vaccinée.


Si un voyageur vacciné partage son domicile, les membres de son ménage qui ont reçu leurs deux doses de vaccin n’ont plus besoin de s’isoler. Cependant, ceux qui ne le sont pas –ce qui inclut les enfants– doivent s’isoler avec le voyageur au moins huit jours.

« Actuellement, ça prend autour de 24 heures pour avoir un résultat de test de la COVID-19 », dit la directrice médicale territoriale, la Dre AnnMarie Pegg. Ainsi, la période d’isolement s’étire à partir de la 8e journée jusqu’au moment où l’on obtient le résultat du test. Elle conseille aux gens de prendre leur rendez-vous d’avance.


Enfin, les voyageurs non vaccinés qui entrent aux TNO doivent encore s’isoler 14 jours. S’il partage leur domicile, les membres du ménage, vaccinés ou non, devront s’isoler également pour 14 jours.


Selon les données du gouvernement, 63% des adultes aux TNO ont reçu leur première dose du vaccin Moderna et 51% ont reçu leurs deux doses. Le GTNO considère qu’on est « entièrement vacciné » 14 jours ou plus après la seconde dose du vaccin Moderna.


« On est dans une position enviable, plusieurs de nos voisins du Sud devront attendre jusqu’à l’été avant d’être vaccinés », a souligné la ministre de la Santé, Julie Green.


Dans tous les cas, les voyageurs devront continuer à soumettre un plan d’auto-isolement de 14 jours. Puisque « les non-résidents des TNO ne sont pas autorisés à venir y faire des voyages d’agrément [à moins qu’ils] obtiennent une exemption », il leur sera nécessaire d'obtenir une approbation, que ce soit pour des raisons familiales ou pour d’autres circonstances exceptionnelles.


Le gouvernement déconseille toujours les voyages non essentiels à l’extérieur des TNO. Dans le cas d’un retour aux TNO depuis l’international, les règles de quarantaine du gouvernement fédéral s’appliquent (https://voyage.gc.ca/voyage-covid), qu’on soit vacciné ou non. Ottawa n’autorise d’ailleurs toujours pas les ressortissants étrangers à entrer au Canada si c’est pour des « raisons facultatives (loisirs, visite, mariage, entretien de propriété, etc.) ».


Des touristes cet été

Il y aura néanmoins des touristes cet été aux TNO. Des entreprises touristiques qui opèrent en région éloignée pourront soumettre un plan d’activité détaillé à l’administration de la santé publique afin d’être autorisées à accueillir des clients de l’extérieur du territoire.

« Ces touristes seront domestiques, à moins que le gouvernement fédéral ne lève ses restrictions », a spécifié la Dre Kami Kandola.


« Cette annonce permet à quelque 60 de nos 150 exploitants de pouvoir faire des plans afin d’ouvrir cet été et d’accueillir des visiteurs dans des régions éloignées », s’est réjoui la directrice générale de Tourisme TNO, Donna Lee Demarcke, durant la conférence de presse. « On a tous travaillé très fort, avec le gouvernement, l’administration de la Santé publique et les ministères concernés, pour trouver une façon sécuritaire de redémarrer graduellement le tourisme aux TNO. »


Les entreprises devront démontrer, grâce à leur plan, qu’elles peuvent mener des activités sans qu’il y ait de contact, ou alors des contacts minimes, entre les clients et les résidents des TNO. Elles devront notamment s’occuper du transport, de la prise en charge d’éventuelles infections à la COVID-19 ou de l’évacuation médicale.


Un touriste ne pourra ainsi pas venir aux TNO sans passer par ces entreprises qui offrent des forfaits en région éloignée.


« Ça peut être pour un séjour dans une pourvoirie ou encore pour un groupe de pagayeurs », a donné en exemple l'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola.

Les entreprises ciblées par cet assouplissement doivent pouvoir offrir une « expérience touristique entièrement autonome, dans le cadre de laquelle les clients et les employés n’ont pas besoin de recourir à des services d’hébergement ou de restauration commerciaux dans une collectivité des TNO, sauf pendant le transit, peut-on lire dans le communiqué du gouvernement. Les escales avec nuitée nécessaires pour les clients en chemin vers des sites touristiques éloignés ne doivent avoir lieu qu’à Yellowknife, Hay River, Inuvik, Fort Smith, Fort Simpson et Norman Wells.»


Ces touristes n’auront pas besoin d’être entièrement vaccinés pour entrer aux TNO. « La vaccination n’est pas obligatoire ni ici, ni dans les autres juridictions », a affirmé la Dre Kami Kandola. Selon elle, de ne pas exiger aux touristes d’être vaccinés est cohérent avec l’approche non contraignante de son gouvernement.


Le Bureau de l’administrateur en chef de la santé publique prévoit, début mai, faire une mise à jour de son plan de relance «Une reprise avisée». Les prochains changements pourraient toucher les rassemblements extérieurs, a donné en exemple l'administratrice en chef de la santé publique.


« On espère pouvoir relâcher d’autres mesures, a dit la Dre Kami Kandola. Si tout va bien, que les Ténois continuent à se faire vacciner, que la troisième vague s’amenuise nationalement et mondialement, que les connaissances progressent sur l’efficacité des vaccins contre les variants, d’autres assouplissements viendront. Si ça ne va pas bien, ce sera plus graduel. On ne peut pas mettre notre stabilité si durement acquise et nos résidents à risque. »

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités