• Cécile Antoine-Meyzonnade

COVID-19 : risque de transmission dans des lieux publics de Yellowknife

Si vous vous êtes rendus au centre de conditionnement physique Anytime Fitness ou à la salle d’attente du commissariat de la GRC de Yellowknife, les 12 et 13 octobre, vous avez peut-être été exposés au virus.


Un risque de transmission communautaire de la COVID-19 est possible dans la capitale des Territoires du Nord-Ouest et les autorités de la santé publique tentent de retracer les personnes qui auraient pu être en contact avec le virus.


C’est ce qui ressort d’un point de presse, convoqué le le vendredi 16 octobre, à la suite de l’annonce du dépistage de trois cas positifs présumés à Inuvik (1) et à Yellowknife (2). Y étaient présents, la première ministre, Caroline Cochrane, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Julie Green et l’administrateur en chef adjoint de la santéûblique, le Dr Andy Delli-Pizzi.

L'administrateur en chef adjoint de la santé publique, le Dr Andy Delli-Pizzi (au centre), flanqué de la première ministre des TNO, Caroline Cochrane (à gauche), et de la ministre de la Santé, Julie Green (à droite). (Crédit photo: Cécile Antoine-meyzonnade)


Après une enquête de la santé publique, la personne d’Inuvik, venue de l’Alberta en voiture et ayant possiblement contracté le virus, n’aurait été en contact avec personne.


À Yellowknife, deux personnes d’un même foyer ont été déclarées positives : l’une des deux est venue de l’extérieur du territoire et s’est isolée avec la seconde. L’enquête a révélé deux endroits où le virus aurait pu être propagé.


« Si vous avez été à Anytimes Fitness le 12 octobre entre 15 h et 16 h 30 ou au poste de la GRC, dans la salle d’attente le 13 octobre, entre 11 h et 11 h 30, vous devez vous auto-isoler chez vous pour les 14 prochains jours », a détaillé le Dr Delli-Pizzi.


Ce dernier a rappelé que si vous avez été dans l’un de ces lieux à ces dates et horaires et ressentez des symptômes (fièvre, toux, fatigue, problème musculaire ou de respiration, malaise, maux de gorge, diarrhée...), vous devez contacter l’unité de la santé publique de Yellowknife au 867-767-9120.


« Nous avons identifié qu’avec l’auto-isolement dans un foyer, il y avait quelques risques pour la population. Si quelqu’un vient d’un lieu à haut-risque, nous avertissons qu’il doit être séparé des autres membres du foyer et si ce n’est pas possible, nous recommandons que tout le monde s’isole », a précisé le Dr Delli-Pizzi.


Pour l'instant, il n'est pas envisagé d'interdire l’isolement dans une résidence où se trouvent des gens qui ne s’isolent pas à leur tour.


Pas de restrictions pour les lieux visés par l'avis

L'avis d'auto-isolement pour les personnes ayant fréquentés le gym ou le commissariat sont spécifique aux dates et heures publiées. L'activité de ces deux lieux n'est pas affecté.


Tant le Anytime Fitness que le détachement de la GRC ont pris la peine d'indiquer qu'ils demeuraient ouverts et que les enquête en cours n'affectaient pas leurs activités.


Dans un message adressé à ses membres, Anytime Fitness indique qu'ils contacteront toute personne ayant fréquenté le gym durant la période visé par l'avis. « Tel que discuté avec la santé publique, nous avons été avisé qu'il est sécuritaire de garder le centre sportif ouvert puisque nous mettons en oeuvre les mesures d'éoignement physique et de sécurité nécessaires », peut-on lire dans le message publié sur Facebook.


Dans un communiqué de presse, la GRC indique que les activités régulières du détachement de Yellowknife se poursuivent et qu'ils sont en contact avec l'Administration de la santé publique pour obtenir de plus amples renseignements sur la situation.


La GRC rapelle également avoir mis en place des mesures pour réduire le risque de transmission du virus « Nous avons développé une approche à plusieurs volets pour la prestation des services dans les détachements, peut-on lire dans le communiqué. Cela inclus des heures de services au comptoir réduites. »


« Au détachement de Yellowknife, poursuit le communiqué, les services au comptoir sont accessibles derrière une double porte. Chacune de ces portes isolent la partie extérieure du vestibule de la salle d'attente. En fait, la porte intérieure demeure verouillée jusqu'à ce que la personne soit admise dans l'entrée. Le personnel de première ligne limite le nombre de personnes admises dans la salle d'entrée et emploie des mesures barrières telles que le port du masque et l'usage de désinfectant pour les mains. Une feneêtre de plexiglas sépare le personnel de première ligne du public. »


Tests positifs présumés

« Les résidents qui ont été testés présument positifs sont actuellement en rémission, a détaillé la ministre Green. Nos pensées sont avec eux, c’est un diagnostic vraiment effrayant. Cela nous rappelle que nous ne sommes pas immunisés contre la COVID-19 aux TNO. »


Les premiers tests effectués sur les trois personnes sont pour le moment qualifiés de présumés, car seulement un seul test positif a été effectué. Ces résultats doivent maintenant être confirmés par un autre laboratoire.


Dès que les résultats seront confirmés ou infirmés, le gouvernement territorial mettra à jour les données.


Pour connaitre les dernières mises à jour sur la COVID-19, rendez-vous sur le site du gouvernement des TNO.