• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Des gouvernements autochtones saluent les efforts de Cochrane

Somme toute satisfaits de leur dernière rencontre officielle avec le gouvernement des TNO, des leadeurs autochtones fondent de grandes attentes envers l’administration de Caroline Cochrane pour la suite de son mandat.


Thomas Ethier – IJL – Territoires


Le président de la Nation des Métis des TNO, Garry Bailey. (Courtoisie NWTMN)


« Notre réunion a duré une journée complète. Avec les gouvernements précédents, nous étions chanceux si nous obtenions trois heures, une fois par année », compare le président de la Nation des Métis des TNO, Garry Bailey.


Le 12 janvier, les Métis ont participé à une rencontre virtuelle avec la première ministre Caroline Cochrane et l’ensemble du conseil des ministres. De telles rencontres bilatérales ont ensuite eu lieu avec le Conseil Tribal des Gwich’in et la société Sahtu Secretariat. Pour les leadeurs de ces gouvernements autochtones, ces rencontres témoignent de la bonne foi du gouvernement Cochrane qui, en début de mandat, avait établi comme priorité le réchauffement des relations avec les gouvernements autochtones.


Des protocoles d’ententes engagent le gouvernement des TNO à une rencontre par année, au minimum, avec les administrations autochtones participantes. Or, M. Bailey affirme avoir reçu l’engagement de la première ministre que les prises de contact seront multipliées, et que la Nation des Métis des TNO sera concrètement engagée dans l’avancement des dossiers prioritaires du territoire. « La première ministre a été très claire et nous a assuré que nous aurons notre mot à dire », souligne celui qui est à la tête de la Nation des Métis des TNO depuis 12 ans.


Pour 2021, la Nation des Métis des TNO fonde de grands espoirs en ce qui a trait notamment à la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. « Je crois que nous avons l’appui du gouvernement des TNO et que ce gouvernement est prêt à s’engager à 100 % avec les gouvernements autochtones pour aboutir à une entente avec le gouvernement fédéral », avance M. Bailey.


Même son de cloche du côté de la Sahtu Secretariat, une société qui rassemble les sept sociétés foncières de la région du Sahtu, toutes représentées lors de la réunion intergouvernementale du 21 janvier. « Ce gouvernement cherche vraiment à travailler avec les organisations régionales, déclare le président de la société, Charles McNeilly. Nous avons des rencontres régulières avec le gouvernement des TNO, pour mettre nos dossiers à jour et faire en sorte que nos priorités aillent de l’avant. »