• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Deux artistes ténoises percent en Suède

Les artistes Niki Mckenzie et Kris Schlagintweit ont gagné le cœur du public suédois en janvier, dans le cadre de la compétition internationale de sculpture sur neige de Kiruna. Les fières représentantes des Territoires du Nord-Ouest ont remporté l’un des prix du public, pour leur imposante représentation de Taniwha, une déesse de la culture maorie.


Les deux sculptrices collaborent depuis maintenant six ans sur les blocs de neige de la baie de Yellowknife. Elles en étaient à leur première expérience internationale. « En partant des TNO, nous ne savions pas si nous allions faire le poids à côté des autres équipes de la compétition. Nous avons maintenant la preuve que cette place nous revient », se réjouit Mme Schlagintweit.


Le journaliste Thomas Ethier a discuté avec les artistes Niki Makenzy et Kris Schlagintweit, qui se trouvaient à Stockholm, en Suède:


La déesse maorie sculptée par le duo Schlagintweit — Mckenzie s’est démarqué parmi cinq œuvres. Près de 400 personnes ont participé au vote. Aux yeux des créatrices, ce sont les détails et le dynamisme de leur sculpture qui aura séduit les observateurs.


« Je crois que l’activité tridimensionnelle, le dynamisme de l’œuvre a beaucoup plu. Les gens parcouraient la sculpture sous tous ses angles. Nous nous sommes lancées dans un projet très complexe, il y a beaucoup de mouvement et de détails dans cette œuvre », explique Mme Schlagintweit, architecte à la retraite.


Taniwha, déesse maorie, telle que sculptée par le duo Niki Mckenzie et Kris Schlagintweit, a remporté le prix du public de la compétition internationale de sculpture sur neige de Kiruna, en Suède.


Les créatrices ont choisi d’afficher la description en anglais, en suédois, en sami, la langue autochtone de la région de la Laponie, où se déroulait la compétition, et en maori, la langue parlée par les groupes autochtones de la Nouvelle-Zélande. « Nous avons décidé de nous centrer sur une légende maorie, explique Mme Mckenzie, elle-même néozélandaise. J’ai ainsi trouvé une manière de connecter avec ma culture et mon chez-moi, de manière totalement différente à ce que j’ai pu faire auparavant ».


Les résidents de Yellowknife auront la chance d’admirer deux sculptures du duo ce printemps, l’une commandée par la municipalité, l’autre dans le cadre du festival Snowking, en mars. Elles souhaitent également soumettre des candidatures pour prendre part à de prochaines compétitions internationales, dès l’hiver 2023.