• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Inondations à Hay River : la suite se prépare

Solidaire des habitants du Slave Sud, le gouvernement des TNO s’engage à accompagner de son mieux les sinistrés. La capitale des Territoires du Nord-Ouest a notamment transformé son centre sportif en refuge pour les personnes qui auraient besoin d’un endroit où dormir, se reposer, et préparer la reconstruction, qui commencera une fois le niveau de l’eau revenu à la normale.


Les dégâts sont encore inconnus, et si le gouvernement s’engage à aider les habitants sinistrés, la reconstruction et les indemnisations pourraient prendre des mois voire des années à arriver.


« La situation est désastreuse, et je veux que les résidents déplacés sachent que l’ensemble des TNO pense à eux en ces temps difficiles, » a dit la première ministre Caroline Cochrane en ouverture de la conférence de presse que le GTNO a tenue hier jeudi 12 mai.


Une situation catastrophique pour les près de 4 000 évacués depuis le samedi 7 mai à cause de la montée des eaux de la rivière au Foin. Pour rappel, les ordres d’évacuation ont touché progressivement l’ile Vale, la Première Nation K’atlo’deeche, les Paradise Gardens, puis, dans la nuit du 11 au 12 mai, le centre et la totalité de la ville de Hay River.


« Certains de vos pires cauchemars se sont réalisés, » a reconnu le ministre des Affaires municipales et communautaires Shane Thompson, s’adressant aux personnes sinistrées.


D’après les autorités, l’eau continue de monter dans le centre-ville d’Hay River, et l’importance des dégâts est encore inconnue. « Les embâcles sont encore présents » le long de la rivière au Foin, a précisé le ministre Thompson, demandant également à la population « de ne pas retourner dans les collectivités tant que ce n’est pas sécurisé ».


« Au bon moment, et quand nous pourrons évaluer l’étendue des dégâts, je m’engage à assurer que nous serons en mesure d’accompagner la reconstruction et le retour dans les collectivités aussi vite que possible, » a déclaré la première ministre Cochrane.


La solidarité réactive à travers les TNO


Les personnes évacuées de la ville de Hay River, qui ont majoritairement trouvé refuge à Enterprise ou dans les hauteurs dans la nuit de mercredi à jeudi, doivent maintenant trouver où s’installer le temps que l’eau reflue et que la reconstruction commence.


Laura Gareau, sous-ministre assistante des Affaires municipales et communautaires, a expliqué que des bus transportant une trentaine de personnes d’Entreprise étaient arrivés à Yellowknife, où elles ont été accueillies au Multiplex, transformé en centre d’enregistrement et d’accueil.


« D’autres options de transports vont être mises en place, » a annoncé Mme Gareau, enjoignant toutes les personnes sinistrées à s’enregistrer au centre d’accueil ou par téléphone au 833 699 0188.


Un plan d’aide ajusté


Une fois les inondations terminées, la reconstruction commencera. Une reconstruction qui pose de nombreuses questions, quand certains sinistrés des collectivités de Jean Marie River et Fort Simpson ne sont pas encore revenus à leur vie d’avant.


Interrogé sur les démarches administratives et le plan d’aide d’urgence du gouvernement, le ministre Thompson a assuré que « la politique en matière de politique d’urgence a été améliorée » depuis l’année dernière. « Il n’est peut être pas parfait, mais il est définitivement meilleur qu’il ne l’était auparavant, » a-t-il précisé. Plus de précisions devraient être communiquées dans les jours à venir.


Les aides d’urgences et les frais engagés par le gouvernement sont en cours d’évaluation, et, même si les couts risquent d’être très importants pour le GTNO, la première ministre Cochrane assure « que cela ne mènera pas le territoire à la faillite ».


Le gouvernement fédéral supporte financièrement les autorités territoriales dans ce genre de situation, explique la ministre Cochrane.


Elle précise également que « même si le processus pour les inondations de l’année passée n’est pas encore finalisé, » le gouvernement territorial sera remboursé de ses dépenses.