• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Inondations : les nouvelles maisons arrivent

Plusieurs victimes des inondations du printemps dernier, des sinistres qui auront couté quelque 40 millions $ au GTNO, vont bientôt emménager dans leurs nouvelles maisons.


La plupart des individus touchés par les inondations à Fort Simpson et à Jean Marie River devraient avoir emménagé dans leur maison de remplacement au cours des deux prochaines semaines, confirme Jennifer Young, directrice aux affaires générales du ministère des Affaires municipales et communautaires (MACA), dans un courriel. « Le nombre de personnes qui sont encore logées dans un endroit temporaire diminue chaque jour », écrit-elle.


C’est un total de 18 maisons de base préusinées payées par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) qui remplaceront celles trop endommagées pour être réparées. Neuf nouvelles maisons iront à Fort Simpson, six à Jean Marie River, deux à Little Buffalo River et une à Fort Good Hope, détaille Jennifer Young. De nombreuses autres demeures ont été réparées par le GTNO. Plusieurs résidents ont été logés temporairement en attendant leur nouvelle maison ou la fin des travaux.

La nouvelle maison de Julia et Derek Erasmus est installée sur un lot qui n’est plus en zone inondable. (Crédit photo : Julia Erasmus)


« On estime que le gouvernement aura dépensé environ 40 millions $ au total » à cause des inondations, continue-t-elle, en précisant que son ministère est en train de finir l’exercice financier de l’année.


Malgré des retards dans la chaine d’approvisionnement, plusieurs maisons sont déjà arrivées ou sont en route. Elles seront toutes livrées en mai, selon la directrice aux affaires générales du MACA. Lorsqu’une maison est déposée sur un terrain, il faut qu’elle soit raccordée aux services publics et il peut s’écouler entre une semaine et 10 jours avant que le propriétaire puisse emménager.


« On a vu notre nouvelle maison depuis la route, elle est en train d’être posée », se réjouit une résidente de Fort Simpson, Julia Erasmus. L’eau avait inondé le sous-sol et le premier mètre du rez-de-chaussée de son domicile où elle vivait avec son conjoint et leurs deux jeunes enfants. La petite famille, qui a vécu dans des endroits temporaires depuis, retrouvera bientôt un chez-soi. « C’est très excitant d’avoir une nouvelle maison, un endroit qui sera le nôtre », affirme Julia Erasmus.


Julia et Derek Erasmus, devant la porte d’entrée de leur ancienne maison qui a été inondée en mai et détruite l’automne dernier. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels – Archives Médias ténois)


À Fort Simpson, seulement l’une des neuf maisons reste sur son lot initial, en étant surélevée. Toutes les autres sont installées sur de nouveaux lots à l’extérieur de l’ile principale de Fort Simpson, dont celle de Julia et Derak Erasmus, satisfaits à l’idée de ne plus jamais revivre l’expérience d’une inondation. Cela risque néanmoins de forcer quelques résidents sans voiture à se débrouiller autrement.


Bien que le gouvernement avait dit en novembre que les six lots des maisons à remplacer à Jean Marie River « n’étaient pas adéquats », cinq d’entre eux accueilleront finalement une maison préusinée. « Étant donné qu’il n’y avait pas de nouveaux lots ou de subdivisions sur des terres plus hautes nous permettant d’installer les maisons ailleurs, on a choisi de les soulever, écrit la directrice aux affaires générales du MACA, Jennifer Young. Le design de la fondation a pris en compte les niveaux d’eau de l’an dernier et a été surélevé pour s’assurer que, si une inondation de la même ampleur se reproduit, la maison n’aura aucun dommage à l’intérieur. »


Jennifer Young a précisé qu’une seule maison à Jean Marie River sera sur un nouveau lot et que c’est parce que le lot original était contaminé au carburant – une contamination qui n’a pas été causée par l’inondation, précise-t-elle.


Il demeure que la collectivité de Jean Marie River est située en zone inondable. « L’administration de la communauté évalue la possibilité de se relocaliser ailleurs au complet », rappelle Jennifer Young du MACA.