• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Inondations printanières : des maisons démolies

Voir la maison où l’on a vécu depuis plusieurs années se faire démolir, c'est ce qu’ont subi récemment des résidents de Fort Simpson, victimes d'inondations le printemps dernier.


Julia et Derek Erasmus, qui ont deux jeunes enfants, ne veulent plus jamais revivre les conséquences d'une inondation. (Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)


Une pelle mécanique s’abat avec fracas sur le toit de la maison de Julia et Derek Erasmus. « Je l’ai accepté. Je suis un peu triste », dit la jeune femme dans la vidéo qu’elle a enregistrée et publiée sur Facebook le 27 octobre dernier, sa voix se mêlant aux bruits de la démolition. « Un peu fébrile à propos de la nouvelle maison », continue-t-elle.


À la suite des inondations de mai dernier, huit maisons ont récemment été démolies à Fort Simpson et une autre le sera prochainement, confirme Jennifer Young, directrice aux affaires générales du ministère des Affaires municipales et communautaires (MACA), dans un courriel. Ces demeures seront remplacées par des maisons de base préusinées. Celle de Julia et Derek Erasmus, parents d’un bébé d’un an et demi et d’une fillette de 6 ans, fait partie de celles-ci.


« C’était difficile à regarder, on a tellement de souvenirs là-bas, on y a fondé notre famille », partage Derek lors d’un appel téléphonique, peu après la démolition. L’eau avait inondé le sous-sol et le premier mètre du rez-de-chaussée de leur ancien domicile. La moisissure l’a achevé.


Le couple obtiendra une nouvelle maison qui sera, fort probablement, localisée sur un nouveau terrain à l’extérieur de l’ile de Fort Simpson. « On a avisé le MACA qu’on serait heureux de déménager. On est triste de partir, on avait une vue magnifique sur le fleuve Mackenzie, mais on ne veut plus jamais revivre une inondation », continue Derek.


À Fort Simpson, trois des nouvelles maisons seront installées sur des lots à l’extérieur de l’ile « avec l’approbation des propriétaires », affirme Jennifer Young du MACA, et les emplacements de quatre autres maisons sont « en train d’être déterminés ».


Le MACA prévoit que les nouvelles maisons arriveront en mars. « Les propriétaires relocalisés auront un nouveau lot avec une grandeur et des services similaires », assure Mike Westwick, conseiller spécial au ministère des Affaires municipales et communautaires (MACA), dans un autre courriel.


En attendant, la famille Erasmus, qui a vécu pendant quelques mois chez de la famille, est installée depuis peu dans une autre maison. Le gouvernement territorial contribue à héberger les personnes qui ont perdu leur domicile.


« Ça prend plus de temps que ce qu’on aurait voulu, dit Derek, mais on est reconnaissant. »

Si ceux-ci sont enclins à être relocalisés sur un nouveau lot, ce n’était pas le cas pour Bernadette Norwegian, 66 ans, et sa sœur jumelle. Elles étaient opposées à l’idée et ont martelé leur désir de rester sur leur terrain. Le GTNO a fini par les entendre.


« Ils voulaient mettre un terrain de jeux sur notre propriété. Après plusieurs mois d’échange, ils ont accepté de nous laisser y retourner », dit Bernadette au bout du fil, visiblement heureuse. La nouvelle maison sera surélevée pour résister à de futures inondations.


Sa sœur et elle ont appris la bonne nouvelle en septembre. « Les premiers mois à la suite de l’inondation ont été extrêmement difficiles, mais maintenant que les choses s’arrangent, on se sent soulagées et heureuses. On a hâte d’avoir notre nouvelle maison », dit celle qui, en attendant, vit avec sa sœur dans un appartement de Deh Cho Suites grâce au soutien du gouvernement.



Nombre de bâtiments endommagés (maisons, administrations communautaires ou entreprises)

FORT SIMPSON : 75

JEAN MARIE RIVER : 24

FORT GOOD HOPE : 13 Source : MACA


Hors de question pour elles, cependant, d’assister à la démolition de leur maison. « On ne voulait pas être là, c’est trop bouleversant ! », lance-t-elle. Elles s’y sont rendues deux jours plus tard. « Le terrain est bien, tout nettoyé. On dirait un nouvel endroit, prêt à accueillir notre nouvelle maison », se réjouit Bernadette.


« Je pense que le gouvernement a vraiment fait du mieux qu’il a pu, compte tenu des circonstances, et avec de bonnes intentions », conclut-elle.


Une autre résidente, Allison DePelham, aura elle aussi une nouvelle maison sur sa propriété actuelle. « Tant que ma maison est quatre pieds plus haut que l’originale et sans sous-sol, elle sera mieux protégée contre de futures inondations », a-t-elle dit, lors d’une entrevue à CBC. Sa f