• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

La chambre de commerce de Yellowknife appelle à une levée des restrictions

Par la voix de son président, Rob Warburton, la chambre de commerce de la capitale des TNO a exprimé ce matin mercredi 2 février son exaspération face au maintien des restrictions sanitaires. La demande est simple : les connaissances actuelles sur le virus, la vaccination et les mesures de distanciation sont suffisantes pour rouvrir les frontières des Territoires et libérer la population de mesures de confinement trop contraignantes.


Rob Warburton, président de la chambre de commerce de Yellowknife. (Crédit photo : Hannah Eden Photography)


Le président de la chambre de commerce de Yellowknife, qui représente les entreprises de la capitale ténoise, s’est exprimé ce matin sur les mesures sanitaires et les contraintes imposées à la population et qui paralysent le commerce local.


D’après son communiqué, les outils tels que la vaccination, le test à domicile ou les stratégies de surveillance des écoles sont largement suffisants pour commencer la réouverture des frontières du territoire et diminuer la pression sur les populations.


Évoquant le secteur du tourisme, qui souffre particulièrement depuis le début de la pandémie, Rob Warburton est clair : « Fermer les frontières était une mesure intelligente il y a deux ans, quand on avait une explosion de la pandémie, mais de mon point de vue, il n’y a plus de justifications de maintenir une telle mesure en place aujourd’hui ».


Il prend pour fondement les chiffres bas de la vaccination aux TNO comparés au reste du pays, et se demande « quel est le risque de laisser une population qui a un taux de vaccination plus élevé que la nôtre entrer sur le territoire » ?


Dans le communiqué, la chambre de commerce est également très critique envers le secrétariat à la COVID-19, mis en place en 2020 par le gouvernement. D’après lui, « il est temps que ce bureau ferme, car il a été totalement inefficace ».


« Il n’y a aucun intérêt à garder cette structure en place. La santé publique est efficace. Le bureau des arrêtés de la santé publique en vigueur est efficace. Distribuons donc les ressources au personnel qui a la capacité de gérer la situation et arrêtons avec cette couche supplémentaire de bureaucratie dont nous n’avons plus besoin, ajoute-t-il ».


La réalité serait à présent à la gestion du risque et non plus à un confinement qui maintient la population dans un état d’esprit de peur permanente, « le moment est venu d’aller de l’avant », écrit-il dans le communiqué.


« Nous adressons nos critiques au gouvernement, pas au personnel ou au bureau des arrêtés de santé publique, qui font leur travail », conclut Rob Warburton, en appelant les responsables politiques à « considérer les impacts économiques de leurs décisions ».