• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

La fierté, tout l’été

Inclusion et diversité sont les thèmes de l’été dans la capitale. Le Yellowknife Pride festival 2021 bat son plein, à travers une programmation qui s’adresse autant à la communauté LGBTQ+, qu’à tous les alliés et à toutes les familles des TNO. Les festivités s’étendent cette année jusqu’au 7 août, jour de la désormais traditionnelle course Rainbow Run.


Thomas Ethier – IJL

Des traverses piétonnes aux couleurs du drapeau transgenre et de l'arc-en-ciel sont peintes devant la mairie de Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)



La Rainbow Coalition de Yellowknife, organisatrice de l’évènement, présente cette année quelques nouveautés. Par exemple, les festivaliers de Folk On The Rocks auront l’occasion de rencontrer, le samedi 17 juillet, les jeunes participants du camp de jour 2SLGBTQIAP+ Justice Camp – lancé en 2020 –, qui offriront une performance sur la scène Cabin.

Ce samedi 10 juillet, une journée familiale attend les Ténois de tout âge au parc Rotary de Yellowknife. Barbecue, jeux gonflables et activités pour toutes et tous attendent les visiteurs, à partir de 10 h 30. Les organisateurs s’attendent à un évènement d’envergure.


« Ce sera probablement l’un des grands évènements de la Pride festival, prévoit Damian Benoit, l’un des organisateurs. Il se passera beaucoup de choses, tant pour les adultes que pour les enfants ».


Dix ans d’engagement

Cet été marque le 10e anniversaire de la Rainbow Coalition. Depuis sa fondation, le 27 juillet 2011, l’organisme se consacre en grande partie aux jeunes de toutes identités de genres et de sexes, à travers les Territoires du Nord-Ouest.


Damian Benoit, organisateur de la Pride Festival, s’engage depuis 2016 pour la Rainbow Coalition de Yellowknife. (Crédit photo : Thomas Ethier)



Il y a cinq ans ouvrait le Rainbow Youth Center, un lieu ouvert aux jeunes 2SLGBTQIAP+, à leurs familles, leur famille et leur communauté. « C’est un lieu où les jeunes peuvent apprendre, s’impliquer et créer des liens avec d’autres jeunes, ce qui peut être un défi lorsqu’on habite une petite communauté comme Yellowknife », explique M. Benoit, membre du conseil d’administration du centre.


« Il y a beaucoup de communications avec les plus petites collectivités, comme Norman Wells ou Inuvik, par exemple, pour savoir comment nous pouvons, à Yellowknife, leur offrir notre appui et promouvoir leurs festivals de la fierté », poursuit-il.


Une petite communauté

Aux yeux du jeune organisateur, bien qu’habiter aux TNO peut générer son lot d’isolement, la démographie modeste du territoire facilite les échanges au sein de la communauté. « Les gens sont vraiment connectés dans le Nord, indique-t-il. Nos évènements sont plus petits, et c’est sans doute plus facile de créer des liens. Il y a beaucoup plus d’appui de la communauté, je crois, qu’ailleurs au pays », indique-t-il, soulignant que plusieurs entreprises tiennent chaque année à commanditer le festival.


En 10 ans de présence à Yellowknife pour la Rainbow Coalition, est-ce que les choses ont évolué pour la communauté LGBTQ+ des TNO ? « Je crois que les TNO et Yellowknife ont vraiment grandi en 10 ans, en ce qui a trait à l’inclusion et au respect de la communauté LGBTQ+ », affirme M. Benoit.


Il cite en exemple les traverses piétonnes aux couleurs de l’arc-en-ciel et – nouveauté de cette année – du drapeau transgenre devant la mairie de Yellowknife. Le tout, surplombé par le drapeau de la fierté. « Les résidents de Yellowknife veulent s’informer, ils veulent apprendre, poursuit-il, et être aussi respectueux et inclusifs que possible ».


« Il y a quelques années, La Pride festival n’avait lieu qu’à Yellowknife, fait-il valoir. Ce n’est plus le cas. De plus en plus de municipalités et de collectivités tiennent aujourd’hui leur propre festival ».


Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités