top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

La qualité de l’air plombée en 2022

L’année qui se termine a été la pire depuis 2018 quant à la qualité de l’air reliée aux particules fines dans les Territoires du Nord-Ouest.


Les Ténois ont respiré plus de particules fines dans les dix premiers mois de 2022 qu’au cours de chacune des cinq dernières années. Au banc des accusés : les feux de forêt dont la fréquence, à cause des changements climatiques, risque d’augmenter.


La fumée des feux de forêt produit des particules fines qui peuvent parcourir des centaines de kilomètres. Les particules dites « fines » ont un diamètre inférieur à 2,5 microns – on les nomme ainsi PM2, 5 – et leur taille microscopique leur permet d’être aspirées profondément dans les poumons, ce qui les rend dangereuses pour la santé humaine. L’exposition à court terme a des effets néfastes, comme la toux, l’asthme ou la pneumonie.


Le gouvernement territorial exploite quatre stations de surveillance continue de l’air ambiant, soit à Yellowknife, Inuvik, Fort Smith, et Norman Wells. Chacune de ces stations échantillonne l’air afin d’en évaluer la qualité.



C’est à Fort Smith où les particules fines ont dépassé le seuil de tolérance le plus souvent du 1er janvier 2022 au 1er novembre dernier, période pour laquelle Médias ténois a obtenu et analysé les données des stations. Des niveaux de PM2, 5 supérieurs à la norme adoptée de 28 μg/m3 y ont été observés lors de onze journées. Norman Wells a connu 10 de ces journées, il y en a eu huit à Yellowknife et aucune à Inuvik.



En juillet dernier, les stations de Norman Wells et de Fort Smith ont enregistré leurs pires niveaux de PM2, 5 lors des cinq dernières années. Le niveau a monté jusqu’à 156,5 μg/m3 le 9 juillet à Norman Wells, apogée d’une semaine où la qualité de l’air laissait à désirer. À Fort Smith, le maximum atteint a été de 126,6 μg/m3, le 8 juillet. Yellowknife a connu sa pire journée depuis 2018 le 24 aout dernier avec un niveau de PM2, 5 de 56,8 μg/m3.



« Les dépassements sont attribués à la fumée dégagée par les incendies de forêt pendant l’été », écrit dans un courriel Imran Maqsood, responsable des programmes de qualité de l’air au ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles des Territoires du Nord-Ouest, qui a fourni les données à Médias ténois.


Si la norme a été dépassée huit fois à Yellowknife dans les 10 premiers mois de 2022, il n’y en a eu que deux cas en 2021, aucun cas en 2020, cinq cas en 2019 et aucun cas en 2018.


Les particules fines à Inuvik n’ont jamais dépassé la norme au cours des cinq dernières années.


Les feux de forêt ont touché au moins 686 595 hectares aux TNO en 2022, selon les dernières données disponibles du ministère territorial de l’Environnement, qui remontent à fin octobre. C’est un peu plus que la moyenne des 10 dernières années, soit de 638 360 hectares. D’après la Base de données nationale sur les forêts, 22 177 hectares ont brulé en 2018 aux TNO ; 105 168 hectares en 2019 ; 21 139 hectares en 2020 ; et 156 630 hectares en 2021.


L’année 2014 détient le record de la pire année des feux de forêt aux Territoires du Nord-Ouest depuis 1990 : 3,4 millions d’hectares ont été touchés. Les visites dans les cliniques et les salles d’urgence pour des problèmes respiratoires pendant cette saison extrême avaient d’ailleurs augmenté.


Selon une étude californienne, les particules fines des feux de forêt pourraient être 10 fois plus nocives pour la santé humaine que celles issues du trafic ou d’usines.


Les individus les plus vulnérables à la fumée des feux de forêt sont « les personnes qui ont des problèmes respiratoires et cardiovasculaires, les tout-petits et les jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et leur fœtus, ainsi que les membres d’autres groupes (diabétiques, fumeurs, sportifs ou personnes qui exécutent des travaux durs à l’extérieur) », rappelle le gouvernement territorial.


À la grandeur du Canada, plus de 8 000 feux surviennent chaque année et détruisent, en moyenne, plus de 2,1 millions d’hectares.

Commentaires


bottom of page