Lac Lower Martin: du mercure dans du poisson

Des poissons ont été échantillonnés pour vérifier le taux de mercure dans les lacs autour de la route Ingraham. Résultat: les citoyens seront appelés à faire preuve de retenue pour les grands brochets du lac Lower Martin.


La majorité des grands brochets du lac Lower Martin analysés présentaient des taux de mercure plus élevé que les normes de Santé Canada. (Image: capture d'écran de la présentation lors de la séance d'information publique)

Du mercure a été trouvé en quantité supérieure aux normes de Santé Canada dans de grands brochets pêchés dans le lac Lower Martin, a-t-on appris la semaine dernière. Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) va bientôt émettre un avis en conséquence.


Le GTNO, en partenariat avec le bureau régional des TNO de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada, a annoncé lors d’une séance d’information publique la semaine dernière les résultats d’une évaluation des risques pour la santé humaine à la contamination à l’arsenic résiduel dans les zones récréatives et traditionnelles de Yellowknife, de Ndilǫ et de Dettah. Mais tant qu’à échantillonner la quantité d’arsenic dans des poissons pêchés dans des lacs autour de la route Ingraham, le gouvernement territorial a aussi demandé à la firme de consultants CanNorth de faire des tests pour le mercure.


Dans la majorité des cas, le taux de mercure dans les poissons pêchés était sous la norme de Santé Canada (0,5 mg/kg), rapporte la chef de division de l’évaluation des risques de CanNorth, Harriet Phillips.


Mais, dans le lac Lower Martin, bien que le taux de mercure était sous les normes dans les 21 grands corégones pêchés, il était supérieur dans 14 des 18 grands brochets capturés.


« Les grands brochets du lac Lower Martin âgés de 3 à 4 ans avaient des niveaux de mercure trop élevés, dit Harriet Phillips, et ceux de moins de trois ans avaient des niveaux sous les normes. On a avisé le gouvernement. »


Le conseiller principal en santé environnementale au ministère de la Santé et des Services sociaux du GTNO, Allan Torng, a confirmé que le gouvernement allait agir en conséquence : « Le ministère va bientôt publier un avis en matière de consommation du poisson pêché dans le lac Lower Martin, spécifiquement pour le grand brochet. »


Il énumère les conditions : les femmes enceintes et qui allaitent ne devraient pas manger plus de 7,5 portions par mois, les enfants de 5 à 11 ans devraient se limiter à 3 portions par mois, ceux de 1 à 4 ans à 1,5 portion par mois et la population générale devrait s’en tenir sous les 17 portions par mois, sachant qu’une portion est d’environ 75 grammes de poisson. « Ces chiffres sont conservateurs, dit-il. Si les gens devaient en manger un peu plus par mois, ça ne sera pas nocif. »

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités