• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Langues autochtones: cri du cœur de deux enseignants

Comment transmettre une langue à des jeunes qui ne l’entendent nulle part ? Deux enseignants de la région de Fort Smith ont lancé cette question comme un cri du cœur ce mercredi 26 janvier, lors d’une audience publique virtuelle, organisée dans le cadre de la révision de la Loi sur les langues officielles des TNO. Le comité chargé de l’exercice reprenait ainsi les consultations, mises sur la glace à l’été 2020.

« Je suis Crie, et, dans ma culture, tout est égal, personne n’est au-dessus de personne, nous sommes tous égaux à la table de discussion, a illustré Jessica Balls, enseignante de Fort Smith. Ce n’est pas ce que je vois dans cette loi. Ce que je vois en ce moment, c’est l’anglais et le français assis à la table. Moi, je n’y suis pas. »


Quatre intervenants se sont prononcés devant le comité. À la voix de Mme Balls, s’est ajoutée celle de Paul Boucher, locuteur Chipewyan de Fort Smith. Batiste Foisy, ancien chef de la salle de rédaction de Médias ténois, et Linda Bussey, directrice générale de la FFT, ont également présenté leurs recommandations.

Écoutez le compte rendu du journaliste Thomas Ethier :





Les derniers audios

Annonces et publicités