• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Le GTNO redouble d’efforts pour encourager la vaccination

De nouvelles mesures pour encourager la vaccination ont été prises par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, au cours des dernières semaines. Ces mesures surviennent en même temps qu’une montée des cas dans les centres régionaux des Territoires du Nord-Ouest.

(Crédit photo : Marie-Soleil Desautels)


En trois mois, l’éclosion, qui avait débuté lors du tournoi de jeux de mains de Fort Good Hope à la mi-aout, s’est propagée dans l’ensemble du territoire. Des restrictions supplémentaires ont été mises en place lorsque le nombre de cas a grimpé en flèche dans la région de la capitale, à la fin aout.


La quatrième vague est désormais présente dans les autres centres régionaux des TNO, plus précisément à Hay River, Inuvik et Fort Simpson. Pour contrer cette propagation et tenter d’enrayer les débuts d’une transmission communautaire dans ces collectivités, la santé publique instaure certaines mesures additionnelles entourant la vaccination.

La preuve de vaccination

À compter du vendredi 22 octobre, les entreprises et organisations pourront demander une preuve de vaccination à leur clientèle. Cette option est au libre-choix de chaque commerce et permettrait de doubler leur capacité d’accueil, passant de 25 à 50 personnes pour les rassemblements intérieurs et de 50 à 100 personnes pour les rassemblements extérieurs.


Des rassemblements de plus grandes tailles pourraient être autorisés s’il y a vérification du statut vaccinal. Ces dérogations vont jusqu’à 100 personnes à l’intérieur et jusqu’à 200 à l’extérieur. La santé publique précise que les enfants de moins de douze ans et les résidents ne pouvant être vaccinés sont exemptés de cette restriction.


« La décision de se faire vacciner ou non est une décision propre à chacun, mais il est aussi de la liberté des commerces d’opter pour l’option de la vérification vaccinale ou non », expliquait en conférence de presse la ministre de la Santé et des Services sociaux, Julie Green.


Cette mesure survient peu après le lancement d’un formulaire en ligne pour l’obtention d’une preuve de vaccination. Pour le moment, seuls les résidents des TNO détenant une carte d’assurance maladie ténoise peuvent soumettre leur demande via l’outil en ligne.

Dépistage à domicile pour les élèves

Un projet-pilote de dépistage de la COVID-19 à domicile a été dévoilé le 18 octobre. En collaboration avec le ministère de l’Éducation de la Culture et de la Formation, le ministère de la Santé et des Services sociaux en a fait l’annonce afin d’aider à protéger la population étudiante non vaccinée, soit les moins de douze ans.


L’inscription se fait sur une base volontaire et un échantillon de 10 % de chaque classe sera sélectionné chaque semaine pour être testé. Les élèves sélectionnés passeront un test antigénique rapide à domicile. Ce test, effectué en faisant le prélèvement avec un coton-tige par le nez, fournit immédiatement le résultat.


Bien que fiable, ce test ne remplace pas un test de dépistage effectué dans un centre spécialisé et, dans le cas d’un résultat positif, l’élève devra se rendre au centre de dépistage le plus proche, afin de confirmer le résultat.


Au total, ce sont douze écoles dans six collectivités qui font partie de ce projet-pilote. Le choix des écoles sélectionnées a été pris en considération des lieux où le risque d’une transmission communautaire à grande échelle est le plus élevé.

Exigences vaccinales pour les employés du GTNO

Une autre mesure a été adoptée par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest dans le but d’enrayer l’éclosion territoriale actuelle. À compter du 30 novembre, tous les employés du GTNO devront être entièrement vaccinés. Les exigences de vaccination ne touchaient auparavant que les employés travaillant avec des personnes vulnérables.


« Depuis que le GTNO a commencé à élaborer sa politique de vaccination, le territoire a été fortement touché par l’éclosion actuelle de COVID-19. En tant que gouvernement, nous avons l’obligation de créer des lieux de travail surs pour nos employés et de protéger la santé des personnes que nous servons. Cette politique nous aidera à maitriser l’éclosion de COVID-19 en cours aux TNO, ce qui nous permettra de passer aux étapes suivantes du plan Une reprise avisée », dit à ce sujet la ministre des Finances, Caroline Wawzonek.


Si des employés du GTNO refusent d’être vaccinés ou ne peuvent recevoir le vaccin, ils devront porter un équipement de protection individuelle (EPI) et passer régulièrement des tests de dépistage. Des accommodements sont étudiés au cas par cas pour des raisons médicales ou des motifs protégés par la Loi sur les droits de la personne. Advenant un refus d’être vacciné ou de porter un EPI, l’employé devra s’absenter sans rémunération.

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités