• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Le prix Kristine McLeod

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO), en collaboration avec le Conseil tribal des Gwich’in, a créé le prix Kristine McLeod. Annoncé à la fin du mois d’octobre, ce prix sera remis par le ministère des Finances à des leadeurs autochtones émergents.


Ce prix est nommé en l’honneur de Kristine McLeod, chef adjointe du Conseil tribal des Gwich’in décédée subitement dans un accident de la route en aout dernier. L’initiative vise à souligner et encourager le leadeurship de la jeunesse autochtone ténoise.


Le prix Kristine McLeod est assorti d’une bourse de 5000 $. Cette bourse a pour but d’accompagner les récipiendaires dans leurs études supérieures ou dans leur développement professionnel. À compter de 2022, le ministre des Finances décernera ce prix annuellement lors de la cérémonie de remise des prix du premier ministre.


« Le prix Kristine McLeod perpétuera l’héritage d’une leadeure remarquablement inspirante en encourageant nos leadeurs de demain à poursuivre leurs études supérieures et leur formation professionnelle ainsi qu’à demeurer profondément engagés dans leur communauté », explique la ministre des Finances, Caroline Wawzonek.


Les critères de sélection se fondent sur les accomplissements professionnels et une expérience démontrée en leadeurship. Les candidatures sont ouvertes aux résidents autochtones des Territoires du Nord-Ouest travaillant depuis cinq à dix ans au sein d’une administration communautaire, territoriale, fédérale ou autochtone. « En reconnaissant et en appuyant les leadeurs autochtones émergents aux Territoires du Nord-Ouest, nous donnons un élan d’inspiration à tous les Ténois », poursuit Mme Wawzonek.


Les candidatures sont aussi acceptées pour des résidents ayant récemment été élus dans un poste leadeurship dans l’une des administrations précédemment nommées. Les candidats recherchés sont prêts à relever des défis, sont audacieux et sont créatifs dans leur processus de pensée.


Certains autres critères seront évalués, tels que l’intérêt à respecter et préserver les connaissances et les modes de vie traditionnels des collectivités autochtones.


« Nous sommes honorés de créer ce prix qui perpétuera son héritage, et de commémorer ainsi son très riche apport au peuple gwich’in et aux Territoires du Nord-Ouest », dit la première ministre des TNO, Caroline Cochrane.

Kristine McLeod, chef adjointe du Conseil tribal Gwich'in décédée en aout dernier. (Courtoisie)


Kristine McLeod

C’est un long passé d’implication qu’avait Kristine McLeod. Elle a débuté sa carrière en 2011 au ministère des Finances du GTNO en tant qu’analyste financière, un poste qu’elle occupera jusqu’en 2016.


Elle passe ensuite deux ans au ministère de l’Infrastructure du GTNO en tant que directrice de la planification financière et de la budgétisation. Elle retourne par la suite au ministère des Finances pour y diriger la planification et la budgétisation.


En septembre 2020, elle est élue chef adjointe du Conseil tribal des Gwich’in. Dans une entrevue avec le Inuvik Drum réalisée quelques jours avant l’élection, Mme McLeod expliquait vouloir se présenter pour « donner un exemple à ma fille, à mes deux nièces, à mes sœurs, et à toutes les femmes Gwich’in et leur montrer qu’en travaillant fort et en étant réellement dévouées à quelque chose, les femmes peuvent réussir sans avoir à choisir entre avoir une famille ou une carrière. »


L’implication de Mme McLeod dans les affaires gwich’in n’a pas débuté avec son élection au Conseil tribal. Durant son adolescence elle a été élue Présidente du Conseil Jeunesse Nithat avant d’aboutir Vice-Présidente de la société Izhii K’aiik’it Tat et Présidente de la Société de règlement des Gwich’in.


« Nous sommes honorés de créer ce prix qui perpétuera son héritage, et de commémorer ainsi son très riche apport au peuple gwich’in et aux Territoires du Nord-Ouest », explique la première ministre des TNO.


C’est le 8 aout dernier que Mme McLeod, 38 ans, péri dans un accident de voiture à 20 kilomètres au nord d’Inuvik.


« Kristine était un modèle pour toutes les jeunes femmes autochtones des Territoires du Nord-Ouest. Brillante, avenante et bienveillante, elle nouait facilement des liens avec les autres, peu importe leur passé, leur culture ou leur confession religieuse. Bien qu’elle nous manque, nous nous confortons à l’idée que son héritage continuera à inspirer et développer les futures générations de jeunes leadeurs du Nord », ajoute le grand chef du Conseil tribal des Gwich’in, Ken Kyikavichik.

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités