• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Mélanges de cocaïne et d’opioïdes impliqués dans deux cas de surdose : la santé publique en alerte

Deux décès causés par des surdoses alertent les autorités sanitaires des Territoires du Nord-Ouest. Le bureau de l’administrateur en chef de la santé publique avertit le public des risques que présente la consommation de drogue, notamment des composés opioïdes.


Certaines consommations de drogues ont des conséquences plus terribles que d’autres. Dans le sud des Territoires du Nord-Ouest, deux personnes ont perdu la vie dans ce que le bureau du coroner a annoncé être des surdoses potentiellement dues à un mélange de cocaïne et d’adultérants d’opioïdes.


Le bureau de l’administrateur en chef de la santé publique rappelle à la population que la consommation de drogue est un comportement à risque. Il rappelle que, dans l’éventualité d’une consommation, il est conseillé d’en prendre « d’abord une petite dose », ne pas rester seul, et garder « une trousse de naloxone » à proximité pour prévenir les surdoses.


Les kits de naloxone sont disponibles dans tous les hôpitaux, centres de santé et pharmacie des TNO, et permettent de prévenir les surdoses dues aux opioïdes. En cas de doute, souligne le communiqué de la santé publique, « il est préférable de l’administrer tout de même, juste au cas. Même si la substance ayant causé la surdose n’était pas un opioïde, la naloxone ne devrait pas avoir d’effets nocifs ».


Dans tous les cas, si une surdose est soupçonnée, il faut appeler immédiatement une ambulance ou le centre de santé local. Le bureau de l’ACSP rappelle que les personnes qui contactent les secours sont protégées par la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose. Elles ne peuvent être poursuivies pour possession de substances contrôlées dans ces situations. Cette loi existe pour encourager, et surtout ne pas dissuader, les personnes témoins de surdose à contacter les secours.


Les derniers audios

Annonces et publicités