• Cécile Antoine-Meyzonnade

Postsecondaire: les 3 collèges s'unissent

Les trois établissements d’enseignement postsecondaire des TNO ont signé un premier accord de collaboration pour développer en complémentarité leurs programmes de formation.

Andy Bevan du collège Aurora, Josée Clermont du Collège nordique francophone et Kelsey Wrightson du centre Dechinta pour la recherche et l'enseignement procèdent à la signature du protocole d'entente entre les trois institutions postsecondaires du territoire.

(Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)


« Nous sommes très heureux de cette future collaboration », a déclaré le président du Collège Aurora. « Tout le monde a très hâte, je ressens que du positif pour la suite », a de son côté soutenu la directrice du Centre Dechinta.

Le mardi 29 septembre, un protocole d’entente a été signé par les trois établissements d’enseignement postsecondaire des TNO : le collège Aurora, le Collège nordique francophone et le centre Dechinta pour la recherche et l’enseignement. Pour l’occasion, les dirigeants respectifs des trois établissements d’éducation postsecondaire, Andy Bevan, Josée Clermont et Kelsey Wrightson, se sont réunis en personne, dans la salle de conférence du Collège nordique francophone.

Le but de cette première entente est de créer, dans un futur proche, « la création de programmes et de services complémentaires », peut-on lire dans le communiqué de presse.

« À travers cet accord, notre message aux employeurs et aux étudiants est clair, a soutenu la directrice du Collège nordique francophone. Nous voulons offrir les meilleurs choix et possibilités pour les études postsecondaires. »

Si ce n’est qu’une première étape et qu’aucune action précise n’a pour le moment été formulée, les trois organismes semblent s’aligner tous sur la même idée : rendre les programmes postsecondaires plus accessibles pour les Ténois.


Objectif polytechnique

Autre objectif, s’associer pour soutenir au mieux la transition du collège Aurora vers une université polytechnique.

Loin d’être un projet abouti, cette transformation devrait avoir lieu d’ici six ans, selon les informations des établissements signataires.

« Si je ne parle que pour mon établissement, une grande partie de notre futur mandat d’école polytechnique sera d’élever le marché aux TNO », précise le président du Collège Aurora.

Du côté du Centre Dechinta, la directrice a tenu à souligner que cette signature était le premier pas vers la construction d’un réseau nordique solide : « Lors de nombreuses discussions avec nos étudiants concernant les chemins qu’ils souhaitaient suivre, nous nous sommes rendu compte qu’ils aimeraient continuer à vivre, apprendre et travailler aux TNO proches de leurs collectivités », commente Kelsey Wrightson.

La directrice a également insisté sur le fait que l’investissement des étudiants était la « clé » d’un enseignement épanoui.


Enseignements autochtones

Dans l’ensemble de ses différents programmes, le Collège nordique francophone propose notamment des cours de langue tłı̨chǫ. Selon Josée Clermont, offrir davantage de programmes en langues autochtones est l’un des angles de cet accord. « Il a été indiqué dans une étude que nous avons faite en 2017 que cela faisait partie des besoins [de la communauté], a-t-elle rappelé avant de conclure que ce travail conjoint permettra plus facilement d’entrecroiser les différentes disciplines et d’échanger les savoirs.

Grâce à ce protocole d’entente, la directrice du Centre Dechinta espère que la place de l’enseignement de la culture autochtone soit même plus répandue dans les programmes.

« J’étais déjà très touchée par les conversations que nous avions jusqu’ici, et d’être tous les trois à la même table aujourd’hui permet vraiment d’imaginer un meilleur avenir pour les programmes autochtones », s’est enthousiasmée Kelsey Wrightson.

« La prochaine étape est que nous, les trois directeurs, allons nous rencontrer dans environ six semaines pour [parler de] nos objectifs stratégiques et voir s’il y a des projets sur lesquels on peut s’appuyer mutuellement », de détailler Josée Clermont.