• Thomas Ethier

Premier cas de COVID-19; Interdiction d’entrer aux TNO

Mis à jour : mars 22

Un premier cas de COVID-19 a été dépisté aux TNO. Le GTNO en a fait l’annonce ce samedi 21 mars, en matinée. La veille, tard en soirée, l’administratrice en chef de la santé publique, à qui l’on a accordé des pouvoirs spéciaux, avait annoncé l’interdiction de l’entrée des voyageurs aux TNO et le resserrement des mesures restrictives d’hygiène.


Par voie de communiqué, la Santé publique confirme que la personne atteinte de la COVID-19 est placée en isolement, qu’elle se soigne présentement chez elle et que son état de santé s’améliore.


Cette personne aurait récemment voyagé en Colombie-Britannique et en Alberta, et aurait ressenti de légers symptômes trois jours après son retour. Cette personne et ceux qui partagent son foyer auraient alors immédiatement suivi les consignes d’isolement.


Selon le communiqué, on serait en train de contacter les gens qui ont pu être en contact avec cet individu et on leur demande de s’isoler.


Interdiction d’entrer aux TNO

Vendredi vers 21 h 40, l’administratrice en chef de la santé publique annonçait l’interdiction de « tout déplacement (par avion, voie terrestre ou voie maritime) vers les Territoires du Nord-Ouest (TNO), sauf quelques exceptions ». L’arrêté est en vigueur à partir du 21 mars.


Du matériel de communication sera bientôt disponible pour informer les personnes qui arrivent par voie terrestre ou aérienne.


Les résidents des TNO sont notamment autorisés à rentrer au territoire. Or, les personnes autorisées à revenir aux TNO doivent obligatoirement respecter une période d’isolement de 14 jours à leur retour. Leur quarantaine devra obligatoirement s’effectuer dans la capitale Yellowknife ou dans les centres régionaux de Hay River, de Fort Smith ou d’Inuvik, que les personnes résident ou non dans l’une de ces localités.


Des mesures seront mises en place pour aider les gens à se trouver un endroit ou rester dans l’une ou l’autre de ces collectivités, au besoin.


On ordonne également aux personnes qui sont revenues aux TNO au cours des 14 derniers jours de s’isoler, dans la collectivité où elles se trouvent. Elles seront contraintes de rédiger un plan d’isolement.


« Le non-respect d’un arrêté est une infraction punissable par la loi et pourrait entraîner une amende sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire d’au plus 10 000 $ et une peine de six mois d’emprisonnement », souligne-t-on par communiqué de presse.


Exemptions

Tel que détaillé dans le communiqué de presse du GTNO, les personnes suivantes sont exemptées de l’interdiction d’entrer aux Territoires du Nord-Ouest :

  • Les résidents des TNO

  • Les travailleurs des domaines de l’importation et de l’exportation — y compris ceux qui assurent d’importants services de transport alimentant la chaîne d’approvisionnement en nourriture, en carburant ou autres marchandises pour le territoire, les déménageurs, les transporteurs et les travailleurs qui soutiennent l’industrie de la chaîne d’approvisionnement;

  • Les équipages d’avion;

  • Les patients en déplacements pour raisons médicales provenant de la région de Kitikmeot;

  • Les personnes qui soutiennent les services essentiels — notamment les professionnels de la santé, les policiers et ceux qui assurent des services qui, s’ils faisaient l’objet d’une interruption, pourraient mettre en danger la vie, la santé ou la sécurité des résidents;

  • Les travailleurs participant à la construction de projets d’infrastructure du GTNO;

  • Les travailleurs migrants venant du sud du Canada pour travailler dans l’industrie des ressources pétrolières et minérales;

  • Les personnes qui traversent la frontière des TNO pour s’adonner à des activités de chasse traditionnelles ou sur les terres ancestrales et qui n’entrent pas dans aucune collectivité dans le cadre de ces activités.