top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Quelque 36 millions $ pour améliorer les soins de santé aux TNO

Quelque 36 millions $ pour améliorer les soins de santé aux TNO


En partenariat avec les TNO, le gouvernement fédéral signe deux accords bilatéraux


Le gouvernement fédéral vient de signer deux accords bilatéraux avec les TNO pour améliorer les soins de santé avec un investissement de 36 millions $.


La nouvelle, annoncée mardi en fin d’après-midi, a été signée par le ministre de la Santé du Canada, Mark Holland, Ya’ara Saks, la ministre de la Santé mentale et des Dépendances et Lesa Semmler, ministre de la Santé et des Services sociaux des TNO.



(Photo : Marie-Soleil Desautels)


Le gouvernement canadien s’engage initialement à allouer plus de 24 millions $ pour soutenir le plan d’action sur trois ans des Territoires du Nord-Ouest, dans le but d’améliorer leur système de santé. L’accord « Travailler ensemble » prévoit le renforcement de la coordination et l’accès aux soins primaires dans toutes les régions ténoises et l’appui du recrutement, de la rétention et de la formation des travailleurs de la santé. Un autre objectif de l’accord est de renforcer le développement de la prestation des services de dépendance et de soins spécialisés en établissant une équipe spécialisée en médecine des dépendances à l’échelle territoriale pour augmenter les possibilités de traitement et pour lutter contre les taux élevés d’hospitalisation.


La ministre de la Santé mentale et des Dépendances, Ya’ara Saks, a affirmé que le but c’est d’« intégrer les soins de santé mentale et de consommation de substances en tant que composante à part entière et égale du système de soins de santé universel ».


Madame Saks souligne également que « ces accords permettront de mettre l’accent sur les soins adaptés à la culture afin d’améliorer l’accès en temps voulu à des services de soutien de qualité en matière de santé mentale et de consommation de substances, notamment pour les peuples autochtones ».


Le plan cherche aussi l’amélioration des programmes de bienêtre mental et de prévention au suicide culturellement adaptés, y compris les interventions en cas de crise. Par la création de trois postes mettant l’accent sur les communautés autochtones et qui s’attaquent à l’impact considérable du suicide dans ces communautés. Pour y parvenir, il est prévu la création de trois postes mettant l’accent sur les communautés autochtones et qui s’attaquent à l’impact considérable du suicide dans ces communautés.


Les 12 millions $ restants proviendront dans le cadre de l’accord « Vieillir dans la dignité » afin d’appuyer un plan d’action quinquennal des TNO visant à aider les personnes à vieillir dans la dignité près de leur domicile et à avoir accès à des soins à domicile ou dans un établissement de soins de longue durée sécuritaire. Selon un communiqué du gouvernement fédéral, « cela permettra d’améliorer la prise en charge personnalisée des soins en fonction des données pour les patients recevant des soins en continu » et « d’établir des systèmes plus robustes de prévention et de contrôle des infections et de salubrité dans les soins de longues durées ».


Ces nouveaux accords permettront aussi l’amélioration la collecte, l’échange, l’utilisation et la communication des informations de santé ; simplifier la reconnaissance des qualifications professionnelles des professionnels de la santé formés à l’étranger ; faciliter la mobilité des principaux professionnels de la santé au sein du Canada ; et partager la responsabilité de faire respecter la Loi canadienne sur la santé pour garantir que l’accès aux soins de santé des Canadiens soit basé sur les besoins plutôt que sur la capacité de payer.


La ministre de la Santé et des Services sociaux des TNO, Lesa Semmler, a considéré, dans un communiqué, qu’avec les accords « nous renforçons notre dévouement envers les initiatives de santé qui ont un impact, qui sont durables, et culturellement appropriées ». Mme Semmler a également estimé que l’investissement va aider à « appuyer sur les efforts existants et de répondre aux besoins essentiels en matière de soins de santé sur l’ensemble de notre territoire, afin que chaque résident reçoive les soins dont il a besoin, au moment où il en a besoin ».

Comments


bottom of page