• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Rassi Nashalik primée pour sa carrière et son journal télévisé Igalaaq

Dernière mise à jour : 28 janv.

La présentatrice phare du journal télévisé en inuktitut recevra en février le prestigieux prix Gordon-Sinclair.

La journaliste Rassi Nashalik, récipiendaire cet hiver du prix Gordon-Sinclair pour un journalisme d'excellence. (Crédit photo : Courtoisie de l'Académie canadienne du cinéma et de la télévision)


Quelque 25 ans après avoir commencé en tant que présentatrice de l’information en inuktitut à CBC North, Rassi Nashalik se voit décerner cet hiver le prix Gordon-Sinclair du journalisme parlé.


Après un début de carrière en tant que traductrice pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, Rassi Nashalik s’est retrouvée un peu par hasard à la tête d’Igalaaq, le journal d’information télévisée en inuktitut de CBC. Ce poste, basé à Yellowknife, lui a permis de devenir une témoin privilégiée des évolutions et des transformations du Nord canadien. Son expérience de traductrice lui a, d’après elle, beaucoup servi pour traduire presque instantanément les informations de l’anglais vers l’inuktitut.


Arrivée par hasard et s’étant formée au journalisme sur le tard, Mme Rashalik dit être très honorée par ce prix : « Je n’aurais jamais pensé recevoir un tel prix lorsque j’ai commencé à travailler comme journaliste. C’est la plus haute récompense que je puisse recevoir. C’est un honneur ».


Rassi Nashalik a pris sa retraite en 2014 après 19 ans en tant que présentatrice. Après deux décennies devant la caméra, elle cumule aujourd’hui de nombreux rôles consultatifs pour l’accompagnement et l’aide pour le mieux-être des autochtones de l’Arctique. Elle est également ainée et gardienne du savoir en résidence à l’Université d’Alberta, où elle sert de lien entre les étudiant.e.s du Nord et les cultures et traditions inuites.


D’après Mme Nashalik, l’information et le bienêtre sont liés, notamment dans un contexte linguistique minoritaire comme c’est le cas pour les collectivités dans le Nord canadien. Elle explique simplement, « comprendre ce qui se passe à la fois dans votre communauté, mais également dans le monde, peut aider à construire un mode de vie sain ».


Questionnée sur sa volonté d’accompagner de plus en plus de personnes des collectivités autochtones vers le journalisme, l’ancienne présentatrice se montre optimiste.

« Beaucoup de jeunes de nos collectivités parlent très bien notre langue [l’inuktitut, NDLR], et ils auraient juste à apprendre comment écrire de bonnes histoires, avoir accès à une formation de traducteur. C’est la formation que j’ai reçue et c’est vraiment utile, car vous pouvez facilement avoir accès à l’information. Le gouvernement pourrait facilement mettre cela en œuvre. »


Considérée comme une référence journalistique dans le Nord canadien, Rassi Nashalik a été intronisée en 2021 au CBC Hall of Fame pour son travail. Elle recevra en février 2022 le prestigieux prix Gordon-Sinclair de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision pour l’excellence journalistique.