top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Servir sa communauté : entretien avec Caroline Wawzonek

Dernière mise à jour : 29 nov. 2023

Élue par acclamation dans la circonscription de Yellowknife Sud, Caroline Wawzonek partage ses priorités dans une entrevue avec Médias ténois. La ministre de l'Industrie, du Tourisme et de l'Investissement se livre, entre autres, sur les cibles à atteindre au niveau de l’économie ténoise, sur les soins de santé et sur les services aux communautés. Entrevue.

Cristiano Pereira

IJL – Réseau.Presse – L’Aquilon


La ministre met ainsi l'accent sur la nécessité de garantir la stabilité économique à long terme des TNO en réduisant les couts énergétiques. De plus, Mme Wawzonek insiste sur l'importance de créer un système de soins de santé durable. Elle préconise des mesures pour améliorer le système de logement et pour coordonner les services dans les communautés diverses des TNO. En ce qui concerne la possibilité de devenir première ministre des TNO, Mme Wawzonek se montre ouverte, tout en respectant la tradition de l'Assemblée. Entretien avec Caroline Wawzonek.


Médias ténois : Vous êtes déjà élue par acclamation. Pouvez-vous nous parler de vos priorités et de vos objectifs pour les années à venir ?


Caroline Wawzonek : J'ai deux grandes priorités. Il est important de trouver un moyen de garantir notre économie pour l'avenir. C'est un sujet très important : trouver un moyen de réduire nos frais, à la fois pour les entreprises et pour les habitants. Et cela me ramène à la question de l'énergie. J'aimerais que l'on s'attaque sérieusement au problème de l'absence d'une énergie fiable, sure et à long terme autre que le diésel, afin que nous puissions nous débarrasser de notre dépendance [à cette source d'énergie], ce qui se traduit par des charges pour les habitants et pour les entreprises. Ça favoriserait notre économie. La deuxième priorité majeure concerne notre système de soins de santé et la garantie d'un système de soins de santé durable et sain.

Quelles mesures spécifiques adopteriez-vous pour améliorer le système de santé ?


Premièrement, la chose la plus importante est d'avoir un lieu de travail sain pour les travailleurs de la santé et d'avoir des travailleurs de la santé qui sont eux-mêmes en bonne santé et capables d'aller travailler et de faire les tâches difficiles qu'ils ont à faire tous les jours. Nous avons fait beaucoup de travail dans le domaine du recrutement et de la rétention. Nous constatons que nous sommes en mesure de recruter des personnes, mais que nous avons encore du mal à les retenir et à les faire accéder à des postes de responsabilité plus importants. C'est pourquoi nous avons beaucoup travaillé ces quatre dernières années, tant au ministère de la Santé que dans l'ensemble du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO), en réalisant des entretiens à la sortie du travail pour comprendre les difficultés rencontrées par les travailleurs sur leur lieu de travail.

Le secteur de la santé est l'un de ceux qui présentent le plus de difficultés. Je pense donc que nous devons adopter les recommandations qui nous ont été faites. Nous n'avons pas besoin de faire plus d'enquêtes. Nous n'avons pas besoin de faire plus d'interviews. Nous devons adopter les recommandations qui nous sont présentées et créer un plan de travail, un calendrier et une liste des personnes chargées de le mettre en œuvre. Cet élément, ce véritable plan de travail, n'a pas été suffisamment mis en place pour répondre aux recommandations. Le système de santé reçoit actuellement environ un tiers du budget de l'ensemble du gouvernement. Et nous y avons ajouté 50 M$ tout au long de l’année 2022-2023. Pourtant, le déficit était déjà bien présent. Et nous sommes toujours l'un des systèmes de santé les mieux financés par habitant. Il y a donc quelque chose qui ne fonctionne pas et il est vraiment urgent de trouver une solution.

Quelles sont les mesures que vous adopterez pour améliorer le cout de la vie dans les Territoires du Nord-Ouest, en particulier pour remédier à la pénurie de logements abordables et les rendre plus accessibles aux résidents ?


Ce sont en quelque sorte les questions connexes. Mais il y a deux choses à faire. Permettez-moi d'abord de parler du cout de la vie. Les préoccupations liées au cout de la vie, je les ai entendues depuis probablement toujours ici. Nous sommes éloignés, nous sommes distants, nous avons de plus en plus de conditions météorologiques extrêmes. Lorsque je pense au cout de la vie, j'aime donc me demander quels sont les principaux facteurs systémiques d'un cout de la vie élevé. L'un d'entre eux est le cout de l'électricité, et un autre est le cout du chauffage des maisons et des bâtiments. Il s'agit de trouver une véritable voie vers une plus grande sécurité énergétique et d'augmenter le nombre de consommateurs commerciaux d'électricité. En effet, si un plus grand nombre de gros consommateurs, comme les mines et l'industrie, sont raccordés au même réseau électrique, les couts diminuent pour les consommateurs résidentiels. C'est l'élément le plus important qui fera baisser les couts pour les consommateurs résidentiels en matière de logement.

Je veux dire que c'est aussi un problème extrêmement important. Il y a les logements sociaux, les sans-abris et les logements du marché. Nous ne pouvons même pas construire des logements assez rapidement parce que les entreprises ne peuvent pas y loger leurs employés. Nous ne pouvons même pas embaucher du personnel parce qu'il n'y a pas d'endroit où les gens peuvent venir vivre. Et ce sont les personnes les plus vulnérables qui sont en difficulté. Je pense donc que nous devons nous attaquer à ce problème par tous les bouts, c'est-à-dire en soutenant ceux qui sont en situation de promoteurs pour construire des logements de marché, et en examinant ce que nous pouvons faire pour soutenir le logement public et les mesures d'aide aux sans-abris.

Nous avons donc besoin de terrains pour le développement, ce qui implique de régler les revendications foncières. Cela signifie aussi qu'il faut transférer ces terres aux municipalités. Nous devons veiller à ce qu'une fois les terrains disponibles, les procédures de zonage et d'octroi de permis puissent être rationalisés. Cela pourrait signifier des systèmes automatisés, un système en ligne, et c'est vraiment aux municipalités qu'il incombe de le faire. Mais les TNO ont un rôle à jouer. Nous pouvons certainement contribuer à soutenir certains de ces systèmes, que ce soit financièrement ou avec nos propres systèmes internes. Nous essayons également de devenir plus automatisés. Ensuite, il y a la question du regroupement de tous les niveaux de gouvernement.


Comment envisagez-vous de faire coordonner les services à travers des communautés aussi diverses et géographiquement éloignées aux Territoires du Nord-Ouest ?


J'adore cette question. C'est quelque chose que le citoyen moyen ne voit peut-être pas, mais qui est tellement essentiel lorsque nous parlons d'améliorer les services de l'ensemble du gouvernement. Le logement en est un exemple. Il y en a tant d'autres, où ce qui doit être fait n'implique pas seulement un département, n'est-ce pas ? Prenons l'exemple de la dépendance et de la santé mentale. C'est l'éducation qui apporte un soutien aux étudiants. La santé est évidemment responsable de la composante médicale, mais il faut aussi que les logements soient surs. Enfin, le département de la justice peut être impliqué si les personnes sont en contact avec la justice. Il faut donc s'assurer que tous ces éléments fonctionnent ensemble. J'ai pu constater, dans le cadre du travail que j'ai effectué au cours des quatre dernières années, que les départements se réunissent et font partie d'un groupe de travail, et que le personnel travaille sur le sujet. Mais ce qui fait parfois défaut, c'est la présence d'une personne dotée d'un niveau d'autorité suffisant, qui soit responsable de l'ensemble de ce travail, de sorte qu'elle puisse réellement répondre du travail effectué par les différents départements. C'est une chose, parce que nous sommes dans des hiérarchies, qui aide à faire avancer les choses. Il nous faut ensuite parfois trouver la personne capable de parler au nom de tous. Je pense donc qu'il faut poursuivre le processus visant à trouver des groupes de travail appropriés, qui soient interdépartementaux, tout en veillant à ce qu'il y ait, au sommet, un point de responsabilité unique qui puisse répondre de toutes les actions et qui soit responsable du changement.


La possibilité d'être choisi comme premier ministre vous attire-t-elle ?


J'espère revenir au cabinet. J'ai beaucoup appris en étant ministre pour la première fois et j'aimerais avoir l'occasion de revenir et d'utiliser ce que j'ai appris. Le poste de premier ministre est traditionnellement occupé à tour de rôle par différentes régions et c'est une tradition de l'assemblée, tout comme nous avons l'habitude d'avoir deux ministres de différentes régions. Je veux donc voir qui sera élu. J'aimerais savoir ce que veulent les autres.


Comments


bottom of page