• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Steve Norn expulsé de l’Assemblée législative des TNO

Certains députés ont déclaré avoir craint pour leur sécurité après avoir reçu un message injurieux et jugé menaçant de la part du député de Tu Nedhé-Wiilideh, qui faisait alors l’objet d’une enquête.


Thomas Ethier – IJL – Territoires


Steve Norn représentait les électeurs de Tu Nedhé-Wiilideh depuis 2019 à l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest. (Crédit photo : Capture d’écran/Assemblée législative des TNO)


En regard d’un rapport d’enquête accablant, jumelé à des propos jugés menaçants, les députés du territoire ont voté à l’unanimité, le 23 novembre, pour l’expulsion du député de Tu Nedhé-Wiilideh, Steve Norn de l’Assemblée législative des TNO. Quelques minutes avant le vote, après avoir entendu la majorité de ses collègues appuyer la proposition, M. Norn a tenté de présenter sa démission, en disant vouloir leur épargner cette décision. Le président de l'Assemblée, a plus tard rejeté sa démission, considérant que l’expulsion dont il faisait l’objet primait sur celle-ci.


La députée de Thebacha, Frieda Martselos, a présenté la motion, appuyée par la députée d’Inuvik Twin Lakes, Lesa Semmler. « Ce n’est pas avec légèreté que je soumets cette proposition. L’expulsion est la plus sérieuse des sanctions que peut imposer cette assemblée, mais, dans ce cas-ci, c’est la seule sanction appropriée », a déclaré Mme Martselos, selon laquelle M. Norn aurait adopté « un ensemble de comportements intimidants, menaçants et insultants ».


La députée Thebacha, Frieda Martselos, a soulevé un point de privilège, le 22 novembre, pour faire état de menaces émises par Steve Norn à l’ensemble des membres de l’Assemblée. Plusieurs d’entre eux ont ensuite pris la parole, évoquant dans certains cas avoir craint pour leur sécurité. (Crédit photo : Capture d’écran/Assemblée législative des TNO)


« Je vous attends au détour »

Cette décision abonde dans le sens d’une recommandation émise le 17 novembre par l’arbitre indépendant Ronald Barkley. Dans un rapport d’enquête de 191 pages fondé notamment sur 13 témoignages, le juge conclut que M. Norn a bel et bien enfreint son protocole d’isolement en mars 2021, à son retour d’Alberta, et qu’il a induit le public en erreur en fournissant de fausses informations sur ses infractions, notamment aux autorités de santé publique. « L’expulsion est le seul recours envisageable », peut-on lire.


Or, aux premières minutes de la reprise des travaux de l’Assemblée législative, ce lundi 22 novembre, onze députés sont sortis du cadre de l’enquête, et condamnés sévèrement le comportement et les propos menaçants émis par M. Norn. Les termes « I’m coming for you » – que l’on traduit par « je vous attends au détour » – ont été employés à plusieurs reprises par le député au cours des derniers mois, à l’endroit du caucus de l’Assemblée dans son ensemble, mais également d’employés.


Au moment de présenter sa démission, Steve Norn a exprimé des regrets pour ces propos et présenté ses excuses. « Le temps des blâmes est terminé. Je dois respecter mes collègues, leurs croyances et leur vote, a-t-il déclaré. Je m’excuse du fond de mon cœur si mes propos vous ont blessé et effrayé. Je ne vous ferais jamais de mal. Je suis désolé de vous avoir fait peur. Je me sens terriblement mal et je devrai vivre avec ceci pour le restant de mes jours ».


Il a toutefois maintenu, lors des débats précédents le vote des députés, que ses propos ont été « interprétés hors contexte », et scrutés pour en extraire les éléments incriminants. Le 18 novembre, M. Norn a déclaré en conférence de presse qu’il rejetait l’ensemble du processus d’enquête du juge Barkley, dont les conclusions étaient, à ses yeux, prédéterminées et orchestrées de manière à le condamner injustement.


« Ce que je vois, c’est un énorme recul du processus de réconciliation », avait-il déclaré, en évoquant une « culture du privilège blanc ». Aucun autre des députés de l’Assemblée législative n’a remis ce processus en question, certains d’entre eux affirmant leur confiance envers l’arbitre indépendant et envers le processus d’enquête.


« [Ce processus d’enquête] n’a jamais été un tribunal de l’opinion publique, a souligné la première ministre Caroline Cochrane, c’était la façon de nous assurer que nous employions les mécanismes appropriés pour garantir un processus juste. Le député le méritait. Le rapport final de l’arbitre indépendant est le résultat d’un processus par lequel nous avons tous accepté d’être gouvernés. »

Steve Norn, à l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest le 23 novembre 2021, tentant de démissionner de son poste (Crédit photo : Capture d'écran/Assemblée législative des TNO)


Peur pour leur sécurité

Ce paragraphe contient un langage vulgaire qui pourrait offenser certains lecteurs


Dans la soirée du 4 octobre, à la veille du début de l'enquête au cours de laquelle 13 témoins ont comparu, le député a envoyé un message de groupe, sur Facebook, à l’ensemble des membres de l’Assemblée et à deux employés. « Je veux simplement vous dire : Allez vous faire F***** pour avoir fait pleurer ceux que j’aime. Vous m’avez écrasé le cœur. À quiconque a appuyé ceci, je vous attends au détour ».