• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Thaidene Nene devient un parc national

Dernière mise à jour : 26 sept. 2020

Après environ 10 ans de démarches et de négociations, l’entente est officiellement conclue pour l’établissement de la réserve de parc national Thaidene Nene, qui protège 14 305 kilomètres carrés de territoire, dans le bras est du Grand lac des Esclaves.


Thomas Ethier – IJL - Territoires


Les chefs Ernie Bestsina et Edward Sangris, représentant la Première Nation des Dénés Yellowknives, ont joint leurs signatures le 25 septembre à celle du ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, Jonathan Wilkinson, dans le cadre d’un rassemblement virtuel.


Une cérémonie de signature en groupe restreint a eu lieu à Detah en présence des chefs dénés Yellowknives Ernest Betsina et Edward Sangris et du député fédéral Michael McLeod. Le ministre responsable de Parcs canada, Jonathan Wilkinson, a pris part à l'événement par vidéoconférence. (Capture d'écran)


Cette entente survient environ un an après l’adoption d’une loi à Ottawa qui formalisait l’établissement de la réserve de parc national Thaidene Nene.


Une entente inclusive

Par cette signature, la Première Nation des Dénés Yellowknives est officiellement incluse au conseil de gestion régional du parc national, qui intègrera ses connaissances traditionnelles. Les deux autres Premières Nations du territoire Akaitcho, la Première Nation des Dénés de Łutsël K’é et la Première Nation Deninu K’ue sont incluses à l’entente.


« La création de la réserve de parc national Thaidene Nene sur le territoire traditionnel de l’Akaitcho et la signature de cette entente avec le gouvernement fédéral respectent la volonté de nos ainés et de notre peuple », affirme le chef Ernest Betsina , par communiqué de presse.


« Le parc permet à nos membres de participer économiquement à la protection et à la cogestion du parc tout en respectant et en préservant nos droits issus des traités, notre histoire, notre culture et nos traditions. La signature de