Un cas de COVID-19 à Fort Liard

Dernière mise à jour : janv. 17

Ce cas serait lié à un voyage. On soupçonne que d’autres personnes dans la petite collectivité aient pu être en contact avec le virus, quoiqu’aucune notification d’exposition n’ait été émise à ce point-ci. Une équipe d’intervention a été dépêchée par l’administration de la santé publique.

Fort Liard, une collectivité d'environ 500 habitants située dans le sud de la région du Dehcho, est accessible par la route territoriale 7. Depuis mars 2020, le gouvernement territorial a une érigé une barrière sur cette route, juste au sud de Fort Liard, pour contrôler le trafic entre les TNO et la Colombie-Britannique voisine. (Crédit photo : Batiste Foisy)


Un premier cas de COVID-19 a été dépisté à Fort Liard, dans le sud du Dehcho, a annoncé l’administration de la santé publique, le 16 janvier. Il s’agit du second cas à être dépisté à l’extérieur d’un centre régional désigné pour l’auto-isolation.


Selon le communiqué, le cas serait lié à un voyage à l’extérieur du territoire. L’individu serait placé en isolement et se porterait bien.


Risque d’exposition

Une équipe d’intervention de l’administration de la santé publique a été dépêchée à Fort Liard pour enquêter. On soupçonne notamment qu’il y ait pu y avoir un risque de transmission.


«L’enquête en est toujours à ses balbutiements, écrit l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Kami Kandola, dans le communiqué. Cependant, d’après les faits connus, la santé publique estime qu’il y a une certaine probabilité que d’autres cas de COVID-19 soient détectés.»


«L’équipe d’intervention rapide va recueillir sur le terrain des informations supplémentaires afin d’évaluer le risque posé au public», poursuit la Dre Kandola.


On recommande aux personnes qui se trouvent à Fort Liard de ne pas accueillir de visiteurs dans leurs foyers et de pratiquer scrupuleusement les gestes barrières. Les personnes qui se sentent malades ne devraient pas quitter leur domicile, «même juste un petit peu malades», précise-t-on.


En cas d’apparition de symptômes, on demande de contacter immédiatement son centre local de santé afin de passer un test de dépistage.


Petite collectivité

À ce point-ci, les autorités ne divulguent pas d’information concernant la façon dont le virus a pu être contracté par une personne se trouvant à l’extérieur d’un centre régional désigné pour l’auto-isolement.


Les individus qui entrent ou reviennent aux TNO après un séjour à l’extérieur du territoire sont tenus de s’auto-isoler 14 jours dans l’une des quatre collectivités désignées : Yellowknife, Hay River, Fort Smith ou Inuvik.


Un certain nombre de personnes sont exceptionnellement autorisées à effectuer leur quarantaine dans une petite collectivité. Selon les statistiques publiques les plus récentes, publiées le 6 janvier, près d’une centaine de telles exemptions ont été accordées depuis mars 2020.


Par ailleurs, jusqu’à récemment, le gouvernement des TNO défrayait les couts d’auto-isolement pour les résidents qui ne peuvent pas effectuer leur quarantaine dans leur collectivité ou dont le logement ne permet pas de s’y isoler. Or ce programme a pris fin le 4 janvier 2021.


Le gouvernement couvre toujours les frais d’auto-isolement dans certains cas, dont les déplacements médicaux, mais les voyages considérés non essentiels ne sont plus couverts.

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités