• Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Une rentrée scolaire masquée

Partout dans les TNO, la rentrée scolaire s’amorce à grands pas. Si la routine est bien huilée pour les écoles, la recrudescence des cas de COVID-19 partout dans les Territoires est venue complexifier, pour une autre année, le début des cours. Malgré tout, de Yellowknife à Hay River, le personnel enseignant s’affaire à offrir une rentrée scolaire mémorable aux élèves.


Crédit photos : Isabelle Pineault


Suite aux annonces de la santé publique des Territoires du Nord-Ouest, le port du masque est désormais obligatoire en classe. C’est l’un des changements qu’ont dû opérer les directions de l’école Boréale et de l’école Allain St-Cyr quelques jours seulement avant le début des cours.


Les nouvelles exigences ont été partagées dans un communiqué de presse émis par la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO), pour les deux écoles de la commission : l’école Boréale et l’école Allain St-Cyr.


« Les restrictions ne vont pas être tout à fait les mêmes que l’année dernière. Il y a entre autres l’exigence que tous les élèves et membres du personnel portent le masque à l’intérieur, incluant les salles de classe, et ce, pour tous les niveaux », explique le directeur de l’école Boréale, Richard Létourneau.


L’heure du diner se fera, cette année encore, au sein d’une même bulle de classe, et non dans la cafétéria commune. « Les exigences seront un peu plus exigeantes au primaire qu’au secondaire, contrairement à l’an dernier, car les plus petits ne sont pas vaccinés », poursuit M. Létourneau.


Des restrictions sont aussi ajoutées aux cours d’éducation physique : les sports de combat, rapproché ou demandant un effort physique intense, ne seront pas pratiqués par les élèves. Si la température le permet, l’école Boréale préconisera les activités extérieures en accord avec les mesures de la santé publique.


En plus de ces restrictions, les élèves de l’école Boréale et leurs parents font face à une difficulté supplémentaire, soit l’absence de service de transport. L’autorité en éducation du district de Hay River a confirmé au député de Hay River Sud, Rocky Simpson, qu’aucun autobus scolaire ne sera offert à Hay River cette année.


M. Simpson a d’ailleurs dénoncé cette décision dans un communiqué, jugeant qu’il était « irresponsable et dangereux » de demander à certains élèves de marcher plus de 20 km par des températures avoisinant les -30 degrés.


Ces complications n’empêchent cependant pas les organisations scolaires de poursuivre leur agenda scolaire. « Je suis très heureuse de mon début d’année, on a commencé notre première journée d’école avec de l’orientation culturelle… afin d’informer et de sensibiliser les gens à la culture autochtone, ce que ça veut dire de vivre sur le territoire déné, les concepts de réconciliations, etc. », explique la directrice de l’école Allain St-Cyr, Sylvie Larose.


« Chaque école à l’obligation de faire vivre la culture autochtone, et cette année on poursuit ce projet, mais ce qui est fantastique avec ça, c’est que nos activités vont nous permettre d’être à l’extérieur : on a une tente de prospecteur, on a un foyer extérieur et on prépare les camps autochtones », développe Mme Larose.


À Hay River, la traditionnelle activité de la rentrée qu’est le barbecue scolaire n’aura pas lieu, mais ce n’est pas pour autant que rien ne sera organisé pour accueillir les élèves. « Pour la première journée, il y aura des jeux extérieurs et une collation santé, des livres en français de la bibliothèque seront aussi offerts », explique l’enseignante à l’école Boréale, Isabelle Pineault.


Mme Pineault s’occupera d’un programme de financement cet automne. Chaque jeudi, des repas chauds vont être offerts aux élèves afin d’amasser des fonds pour acheter du matériel scolaire, des instruments de musique ou du matériel sportif.


Le trentième jour de chaque mois sera aussi une journée de commémoration et de solidarité envers les victimes des pensionnats autochtones. Les élèves et les membres du personnel de l’école Boréale seront les bienvenus à se vêtir d’orange en signe d’appui.


À l’école Allain St-Cyr, la directrice compte poursuivre la mission francophone de l’école, « On va miser sur notre aspect francophone, notre mission principale, qui est de parler en français, vivre en français, je dirais que c’est notre projet de l’année de donner le sentiment aux élèves qu’ils sont spéciaux de parler français, et que c’est le fun d’être spécial ».


De nouveaux enseignants intègrent les équipes des deux écoles cette année. Du côté de Yellowknife, Jessica Fortin enseignera aux classes de 5e et de 6e année, Aamir Munif remplace pour sa part Jean Gravel au poste d’enseignant de mathématiques et de science au secondaire. Marie-Line Lamarche donnera des cours de mathématiques au secondaire et Gabrielle Demers enseignera en 3e année. Seul M. Munif n’est pas Québécois parmi les quatre nouveaux enseignants, il arrive d’Edmonton.


Pour ce qui est du personnel de l’école Boréale, Stéphanie Crête sera enseignante de 1re et de 2e année jusqu’au retour de Dominik Langford en Mars. Geneviève Gingras-Breton remplacera Katrine Lavoie en sciences et mathématiques, et Édith Vachon-Raymond est de retour en tant qu’adjointe au programme de soutien.

Les derniers audios

Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg
Annoncez%20ici_edited.jpg

Annonces et publicités