top of page
  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter

Yellowknife au rythme des ondes d’ICI Alberta

Après 31 ans passés à recevoir le signal Radio-Canada de Montréal, les résidents de Yellowknife captent depuis le 28 novembre les ondes émises par Edmonton.


« C’est très enthousiasmant en réalité. j’ai un bon pressentiment, je trouve déjà ce changement très positif », commente Maxime Joly, directeur général de l’Association Franco-Culturelle de Yellowknife (AFCY) plus d’une semaine après la transition.

Depuis le 28 novembre 2022, Yellowknife reçoit le signal des ondes émises par ICI Alberta. (Crédit photo : Lambert Baraut-Guinet)


Une proximité avantageuse

Passer du signal de Montréal à celui d’Edmonton comporte de nombreux avantages pour la communauté franco-ténoise. À commencer par une similarité des enjeux et des combats vécus par les communautés francophones en situation minoritaire et propulsés sur les ondes. « La francophonie minoritaire en Alberta, c’est un concept qui n’est pas nouveau, c’est un sujet vécu. Pour Montréal ce n’est pas le danger le plus criant, ce ne sont pas les mêmes réalités », compare le directeur général.


Cette similarité des enjeux génère un sentiment d’appartenance et assure une meilleure représentativité pour la communauté franco-ténoise. « On entend parler de nous et des réalités de la francophonie en Alberta. C’est de bon augure, tout ce rapprochement entre les communautés », mentionne Maxime Joly, qui dit avoir « bon espoir que cette évolution réponde aux besoins de la communauté et que celle-ci bénéficie d’un plus grand rayonnement. »


Outre les avantages propres aux réalités communautaires, certaines caractéristiques liées à la localisation géographique permettent de changer radicalement la façon de consommer la radio. À commencer par un fuseau horaire commun. « Je me souviens souvent écouter à la radio l’état du trafic à Montréal… ça ne peut pas créer de connexion, ce n’est pas très engageant pour une personne qui se trouve à Yellowknife. » Également, les bulletins météo et les nouvelles couvrant les réalités régionales sont plus pertinents pour les auditeurs de Yellowknife, citons par exemple la couverture journalistique du système de santé albertain dont beaucoup de Ténois dépendent.


Aussi, la proximité géographique facilite les déplacements physiques pour la tenue des émissions. « Rudy Desjardins est venu en personne à Yellowknife pour son émission Le Café show. Ça, c’est des choses qu’on a jamais vécu avec l’antenne de Montréal. »

Balayer le statuquo

Pour rappel, l’AFCY est l’unique détentrice de la licence de rediffusion de Radio-Canada aux Territoires du Nord-Ouest. Néanmoins, elle ne peut interférer dans le choix de sa programmation.


À l’été 2022, l’association avait organisé un Forum citoyen et sondé la population pour connaitre sa position au sujet du changement de signal ou du maintien de celui émis par Montréal.


La consultation publique visait à proposer trois choix entre le signal d’Edmonton, de Montréal ou de Vancouver. « Les résultats étaient scindés en deux, 15 % souhaitaient poursuivre avec Montréal et les 15 autres pour cent avaient le désir de se tourner vers Vancouver. »


Finalement, 70 % des sondés s’étaient prononcés en faveur d’Edmonton. « Les arguments qui sont le plus souvent ressortis, c’est la proximité géographique avec l’Alberta. On a un lien économique et culturel très fort », partage Maxime Joly.


Pour le directeur cette transition illustre la volonté des Franco-Ténois de bouleverser les habitudes. « Normalement les gens n’aiment pas le changement, mais ils étaient prêts et touchés par ce changement de signal. »


Après une mobilisation majeure pour obtenir l’émission des ondes de Radio-Canada à Yellowknife dans les années 80, cette récente transition est un renouveau et l’espoir d’un coup de projecteur plus important pour la communauté franco-ténoise et ses ambitions. « Mon souhait, c’est de bénéficier d’une meilleure et d’une plus grande visibilité », espère Maxime Joly.

Comments


bottom of page